Natchav

THÉÂTRE D'OMBRES | DÈS 8 ANS
Compagnie Les Ombres Portées

Mardi 10 mai 20h
Durée 1h
Séance scolaire: Mar. 10 mai | 14h
Grande Salle
Tarif A | Réserver

 

Manipulation et lumières Margot Chamberlin, Erol Gülgönen, Florence Kormann, Frédéric Laügt, Marion Lefebvre, Christophe Pagnon, Claire Van Zande (en alternance). Musique et bruitages Séline Gülgönen (clarinettes, accordéon, percussions), Jean Lucas (trombone, accordéon, percussions), Simon Plane (trompette, accordéon, percussions) (en alternance). Régie lumière Nicolas Dalban-Moreynas et Thibault Moutin (en alternance). Régie son Frédéric Laügt et Corentin Vigot (en alternance). Costumes Zoé Caugant. Regard extérieur Christophe Pagnon. Avec l'aide de Baptiste Bouquin (oreilles extérieures), Léo Maurel (machines bruitages), Jean-Yves Pénafiel (regard extérieur).

Une ode à la liberté, au nomadisme, à l'indépendance. Un voyage vers le merveilleux tout en nuances d'ombres, de lumières et de musique.
______

Aux premières lueurs de l'aube, le cirque Natchav entre dans la ville. Bientôt résonnent les premiers coups de masse et l'on entend le souffle de la grande toile qui se déploie le long des mâts dressés vers le ciel. Mais les autorités ne l'entendent pas d'une aussi poétique oreille et s'opposent à sa venue… Les circassiens résistent et se moquent de la police. Ça dégénère, un acrobate est arrêté et c'est tout un monde qu'on emprisonne. Natchav, « s'en aller, s'enfuir » en langue romani, relate les aventures d'un cirque qui, pour rester libre, défie toutes les lois, y compris celle de la pesanteur. Ce théâtre d'ombres visuel, sans paroles, invente son langage propre en jouant avec les codes du cirque et du cinéma. Mélant réalisme et onirisme, Natchav souhaite donner le goût de la liberté. Les personnages et la multitude de décors sont manipulés à vue, la musique et les bruitages les accompagnent sur scène : en deux ombres, trois mouvements, les maquettes s'animent, on passe de la piste à la ville, de la rue au chapiteau, on est acrobate ou prisonnier. Un spectacle totalement unique dans sa conception et d'une beauté incroyable !

© Photo : Les Ombres Portées.

Coprods : Maison de la Culture de Nevers Agglomération, La Minoterie, Dijon, Le Théâtre, scène conventionnée de Laval, Théâtre-Sénart, scène nationale, TJP, CDN Strasbourg - Grand Est. Accueils en résidence : Espace Périphérique – Mairie de Paris – Parc de la Villette, Festival Momix et le CREA, scène conventionnée Jeune Public d'Alsace, Kingersheim, La Fabrique, Messeugne, La Faïencerie, Théâtre de Creil, La Ferme du Buisson, scène nationale de Marne-la-Vallée, La Fonderie, Le Mans, La Maison des Enfants du Quercy, Le Bouyssou, Le tandem, scène nationale, Arras-Douai, Le Tas de Sable, Amiens, ma scène nationale, Montbéliard, Théâtre La Licorne, Dunkerque. Subventions : Ministère de la Culture et de la Communication – DRAC Île-de-France, Région Île-de-France. La Cie est associée à la Faïencerie-Théâtre de Creil.

Site de la compagnie

Natchav aborde le thème de la liberté, une idée généralement galvaudée, voire vidée de son sens par un monde qui contrôle, qui compte, qui soumet.

Inscrit dans la préservation du nomadisme, de l'indépendance, de la communauté, du mouvement et du jeu, le cirque invite à un voyage vers l'extraordinaire, le merveilleux… Sa mesure temporelle est l'instant. L'argot des circassiens a même une expression, « le point de suspension », pour qualifier ce moment où l'acrobate se dégage de toutes les lois, y compris de celle de la pesanteur. Au contraire, la prison pose comme première règle la privation de liberté : elle est là pour punir et emmurer, avec tout ce que cela implique de contraintes permanentes, d'absence d'espace, de solitude, d'inactivité, de monotonie. Au manque d'espace s'ajoute un trop-plein de temps.
Les difficultés actuelles que connaissent la plupart des cirques révèlent un désaccord fondamental entre leur forme de vie et les sociétés qu'ils traversent : la privatisation progressive de l'espace public empêche leurs communautés de s'installer, l'augmentation des normes de sécurité engendre des transformations et des coûts qu'ils ne peuvent assurer, l'importance grandissante du lobby des associations de protection des animaux les oblige à cesser une part de leur activité... Sans oublier que, plus généralement, les frontières sont de plus en plus conçues comme un outil de contrôle de la mobilité des personnes alors que le voyage et le nomadisme ignorent les identités et les États.
La liberté que défendent ces cirques et dont nous voulons parler avec Natchav est une idée sensible et contagieuse ; elle est un point d'origine et un mouvement perpétuel indissociable de tout être qui veut rester vivant.

LA SCÉNOGRAPHIE
Après le castelet traditionnel de Pekee-Nuee-Nuee et le théâtre d'ombres en volume des Somnambules, la compagnie Les ombres portées continue son exploration du théâtre d'ombres dans cette troisième création.
Le pari scénographique de ce spectacle est de rompre la linéarité du récit en images et de se dégager de la frontalité traditionnelle du théâtre d'ombres. Les yeux du spectateur seront attirés tour à tour par des ombres projetées sur un grand écran, des décors mobiles et un jeu théâtralisé de marionnettistes et de musiciens à vue.
Ces lectures entremêlées participeront à une écriture scénique et théâtrale multiple et permettront aux spectateurs d'assister à sa fabrication en direct.

LE MOUVEMENT
En fond de scène, un grand cyclorama servira de support de projection aux ombres. Plusieurs décors en volume représenteront les différents espaces de la narration : la prison, les cellules, le chapiteau, la piste, les rues de la ville... A vue, installés sur des supports mobiles en avant-scène, ces décors et ces marionnettes projetés en ombres sur l'écran créeront ainsi un jeu d'échelle et un décalage entre l'image et sa source. Selon le moment de l'histoire, ils seront amenés, agencés et manipulés par les marionnettistes.
Ces déplacements créeront une dramaturgie et une temporalité de la narration au même titre que leurs projections.

L'OMBRE ET LA LUMIÈRE
Les deux univers de Natchav se prêtent particulièrement à la technique du théâtre d'ombres. L'univers carcéral tient de l'opacité, du secret et du silence. On ne montre jamais ce qui se passe réellement dans les cellules. La vérité y est cachée derrière de nombreux murs et grilles. L'ombre peut rendre compte de cet aspect sombre, occulté et caché. Ce que nous montrerons de la prison sera dévoilé par différents points de vue. Trous, barreaux, œilletons et caméras seront autant de filtres pour accéder à l'intérieur. Au contraire, dans l'univers onirique du cirque, tout est visible : depuis l'installation des caravanes, le montage du chapiteau, jusqu'au moindre détail des numéros eux-mêmes sous les feux des projecteurs. La manipulation à vue rendra compte de cette mise à nu et provoquera chez les spectateurs une tension comparable à celle éprouvée devant un numéro de cirque.

UN MONTAGE CINÉMATOGRAPHIQUE
Le traitement de l'intrigue sera en partie emprunté aux techniques narratives des romans noirs ou des récits cinématographiques, mêlant suspense et rebondissements. Comme une caméra, la lumière servira de guide dans la narration, offrant aux spectateurs une multiplicité de points de vue : subjectifs (celui du trapéziste qui voit le public tournoyer à l'envers, celui du prisonnier qui voit l'extérieur à travers ses barreaux...) ou objectifs mais inhabituels (vue depuis les roues des camions du convoi du cirque, vue aérienne de la prison...). Travellings, zooms et cuts rythmeront la narration et permettront une lecture dynamique de l'histoire à la manière d'un film monté en direct avec plusieurs caméras.

MUSIQUE EN DIRECT
La musique, jouée sur scène par deux musiciens poly- instrumentistes à vue, mêlera compositions originales, musique improvisée et bruitages. Le travail d'écriture musicale s'inspirera en partie des thèmes de musique de cirque, en leur donnant une sonorité cinématographique. Comme dans un ciné-concert, la musique participera pleinement à la narration et soulignera ou créera les tensions et les surprises.
Un travail de lutherie permettra de concevoir des instruments et des bruitages surprenants et singuliers, qui constitueront le pendant sonore des dispositifs visuels.

 

Créée en 2009, Les ombres portées est une compagnie regroupant des personnes issues de différents univers : musique, scénographie, construction, dessin, photographie... Constituée d'un noyau de cinq artistes et techniciens, elle regroupe suivant les projets une dizaine de membres. Elle propose des spectacles de théâtre d'ombres, sans paroles, avec une musique jouée en direct. La compagnie développe également des projets scénographiques et musicaux et anime de nombreux ateliers. La compagnie aborde le travail de manière collective, accorde de l'importance au temps d'émergence des projets, ainsi qu'aux rencontres et aux échanges avec les publics.

Son premier spectacle, Pekee-nuee-nuee, tout public à partir de 5 ans, est un spectacle onirique sur l'univers marin. Il a été créé au Festival Excentrique en 2011 et a été lauréat du prix Paris Jeunes Talents 2011 (142 représentations en France, Suisse et Allemagne).

Les Somnambules est un spectacle tout public à partir de 7 ans, coproduit et créé au Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes de Charleville-Mézières en septembre 2015. C'est un spectacle d'ombres mis en scène dans une maquette spectaculaire, qui raconte la réappropriation des villes par leurs habitants (116 représentations en France, aux Pays-Bas, en Corée du Sud).
Natchav est la troisième création de la compagnie.

photo : Les plus grandes étoiles du cirque-vedette du trapèze volant, Ringling Brother and Barnum & Bailey Circus, 1935

« Ecrit à la manière d'un thriller, ce spectacle d'ombres sans parole confronte l'univers du cirque à celui de la prison, dans une succession de manipulations à vue, d'ombres gigantesques et de musique en direct. » Télérama Sortir

« Dans ce spectacle sans paroles, l'univers fabuleux du cirque rencontre le monde carcéral, que tout oppose. L'intrigue est tenue de bout en bout par un montage quasi-cinématographique et une maîtrise millimétrée et à vue du théâtre d'ombres, au rythme haletant de la musique et des bruitages joués en live. Une aventure rocambolesque, entre réalisme et onirisme, portée par quatre manipulateurs et deux musiciens, qui en dévoilent en même temps les coulisses. Pour rester libre, le cirque Natchav saura défier toutes les lois, y compris celle de la pesante » L'Est Républicain

« A la manière d'un film monté en direct, quatre manipulateurs et deux musiciens bruiteurs nous entraînent dans les coulisses d'un théâtre d'ombres novateur aux multiples facettes. » Scèneweb