Ouverture de saison

L’équipe de DSN vous invite à la présentation de la nouvelle saison en images, en musiques et en vidéos !

Jeudi 8 septembre
À partir de 18h30

Grande Salle
Gratuit sur réservation

Théâtre, danse, musique, cinéma, jeune public, nous vous présenterons les grands rendez-vous à venir.

Gaëlle Héraut – Cie L’Aronde, Pierre Notte – Cie Les gens qui tombent, Claire Durand-Drouhin – Cie Traction, François Rancillac – Cie Théâtre sur Paroles, Kristel Largis-Diaz – Cie La Vague Régulière et Guillaume Barbot – Cie Coup de Poker seront également présents à nos côtés pour vous parler de leurs projets avec DSN.
______

Après la présentation, une petite restauration payante sera proposée, puis Jérôme Rouger vous prodiguera quelques conseils…
Pensez à réserver, venez nombreux !

CONFÉRENCE BURLESQUE | DÈS 12 ANS

Conseils aux spectateurs

Mise en scène Jérôme Rouger
Compagnie La Martingale

On ne verra jamais le public se demander s’il a été bon ou pas, et pourtant !
______

Si l’on attend toujours d’un spectacle qu’il soit bon, le public, lui, ne se pose jamais cette question. On n’assiste pourtant qu’à une représentation du spectacle !
Dans un seul en scène, avec l’humour qu’on lui connaît bien, Jérôme Rouger montre à quel point le public a un rôle important lors d’une représentation, prodigue quelques conseils pour être un bon spectateur et les erreurs à ne pas commettre pour que les représentations à venir se passent au mieux pour le public et les artistes.

 

De et avec Jérôme Rouger.

© Photo : DR

Site de la compagnie

Au travers des spectacles qu’il écrit et crée avec sa cie La Martingale, Jérôme Rouger interroge les processus de manipulation, de domination, de reproduction, il interroge également les codes sociaux et les codes du spectacle, et s’intéresse à leur transgression. Ses créations explorent régulièrement les rapports acteurs/spectateurs, art/société, et interrogent ainsi sur les ‘’fonctions’’ du théâtre et de l’art en général. Dans chacun de ses spectacles, l’humour tient une place importante. Son 1ᵉʳ spectacle est Police Culturelle (spectacle de rue), dans lequel il interprète Bruno Delaroche conseiller en charge des expérimentations au Ministère de la Culture, personnage qu’il extraira du spectacle quelques années plus tard pour l’interpréter lors de présentations de saison ou d’inaugurations. Trapèze, son 1er spectacle en salle en 2003, flânerie verbale humoristique et légèrement féroce menée à vive allure, remporte le 1er prix au festival de théâtre solo Coup de Chapeau à Toulouse. Furie en 2005, histoire d’un comédien qui s’est fait quitter par son spectacle, est joué plus de 200 fois (dont un passage par la Manufacture à Avignon et par le Lucernaire à Paris). Je me souviens en 2008, est joué près de 400 fois à ce jour (Espace Malraux Chambéry, le Grand T Nantes, TAP Poitiers, Scènes du Jura, L’Agora Evry, Le Carré-Colonnes, Théâtre d’Angoulême, Moulin du Roc Niort,…). Inoffensif [titre provisoire] où il est accompagné par Patrick Ingueneau, remporte un franc succès (pro, presse, public...) lors du off d’Avignon 2014. Pourquoi les poules préfèrent être élevées en batterie est une conférence- spectacle (2014) au coeur de problématiques très actuelles, jouée plus de 200 fois dont au Théâtre du Rond-Point et dans une dizaine de scènes nationales. [Plaire] abécédaire de la séduction, en 2017, créé à La Coupe d’Or à Rochefort, au TAP à Poitiers, aux Scènes du Jura… Enfin, petite fantaisie, en 2019 est créée la Symphonie pour klaxons et essuie- glaces au festival Coup de chauffe à Cognac, projet participatif où il est associé à Patrick Ingueneau, Armelle Dousset, 8 klaxonneurs amateurs et 9 voitures ! Jérôme Rouger est également l’auteur de différentes performances : Conseils aux spectateurs, Pourquoi les chefs dirigent t-il l’orchestre à la baguette,... En tant que comédien ou metteur en scène, il collabore aussi avec d’autres cies, notamment avec Théâtre Group’ et les Vernisseurs (Le Musée de Monsieur P. et Joyeuse pagaille urbaine) : tournées en Europe, Tunisie, Japon, Chine, EAU, Aurillac in, scènes nationales Annecy, Calais, Maubeuge, Créteil… Il est régulièrement maître de cérémonie : Goguette d’Enfer, festival de cinéma Takavoir, Poitiers Film Festival, sessions Au slam citoyen (avec Itinéraires bis)... Enfin, il fut tromboniste au sein de L’Etrange Gonzo (fête de l’Humanité, scènes nationales de Poitiers, de Niort,...). En 2010, il crée le Dis Donc, un rallye de lecture théâtrale dont le principe est de lire des pièces en compagnie de leur auteur (invités : Marion Aubert, Fabrice Melquiot, Rémi De Vos, Stéphane Jaubertie, Karin Serre, Samuel Gallet, Anaïs Allais…) et sans spectateur ! Le Grand T à Nantes est un partenaire régulier de ce rallye. Il a codirigé Ah ? festival de théâtre de Parthenay de 2003 à 2009 et le Printemps de la Martingale à partir de 2010. Il fut chargé d’enseignement en master 2 mise en scène et scénographie à Bordeaux III, donne régulièrement des stages (dans des théâtres et conservatoires) et enseigne (théâtre et rythme) au CFMI (Centre Formation Musiciens Intervenants) de Poitiers. En 2013, il a reçu à la SACD le Prix Philippe Avron qui récompense un auteur-interprète selon 5 critères : intelligence- générosité - finesse d’esprit- démarche humaniste- écriture comme outil essentiel de la compréhension du monde.
Compagnie théâtrale professionnelle fondée en 1998 autour du travail de Jérôme Rouger et basée à Poitiers (86), La Martingale mène depuis sa création un projet tourné vers l’émancipation du citoyen, et essaye d’éveiller des consciences (en commençant par la sienne...). Partant du constat que les affects tristes sont en général ceux qui empêchent d’agir, la Martingale place ses activités sous le signe de la joie, du panache et d’une certaine forme d’irrévérence. Autour du travail de Jérôme Rouger et de Patrick Ingueneau, les spectacles de la Martingale parlent ainsi d’identité, interrogent la manipulation, la domination, les codes sociaux, les codes du spectacle, s’intéressent à leur transgression, explorent les rapports acteurs/spectateurs, art/ société, et s’interrogent sur les « fonctions » du théâtre et de l’art en général. Cela passe régulièrement par l’exploration de nouveaux territoires artistiques : performances, théâtre de rue, interventions impromptues,.. Depuis sa création, la compagnie mène également un important travail d’infusion culturelle sur son territoire : festival Ah (jusqu’en 2010), et depuis 2010, le Printemps de la Martingale, la Nuit des chanteurs seuls, et le Dis Donc !, un rallye de lecture théâtrale en présence des auteurs des pièces, et où il n’y a pas de spectateur : chaque personne présente lit.