Jeu. 11 mars

20h | Durée 1h20
RÉSERVER
Séance scolaire
Jeu. 11 mars 14h

Grande Salle
Tarif A

Sauvages

THÉÂTRE | DÈS 14 ANS
D'après Cheryl Strayed
Mise en scène Louise Dudek, Compagnie M42

Création et coproduction DSN

Marcher pour se retrouver…
______

« Lorsque, sur un coup de tête, Cheryl Strayed boucle son sac à dos, elle n'a aucune idée de ce qui l'attend. Tout ce qu'elle sait, c'est que sa vie est un désastre. Entre une mère trop aimée, brutalement disparue, un divorce douloureux et un lourd passé de junkie, Cheryl vacille… ». La pièce fait place à l'éloge.
Celui du risque d'être face à soi-même : la rédemption qui s'impose alors même qu'on ne la cherchait plus ou qu'on ne s'en croyait pas capable, le risque d'être une femme seule sur les chemins, avec tout ce qu'on possède dans son sac à dos. L'éloge du chant et des signes : la musique jouée en live sur le plateau – comme une invitation aux grands espaces américains – accompagne les rituels imposés par le chemin et ses obstacles. Puis l'éloge des paysages : les changements qui s'opèrent dans la nature en miroir de ce que l'on doit laisser derrière soi pour avancer… Le road trip de Cheryl est un parcours parsemé de signes, comme un remède à la peur, comme une preuve que le sublime est possible et qu'il est à portée de main, de regard.
D'après le roman éponyme de Cheryl Strayed, adapté par Quentin Laugier, Louise Dudek met en scène la comédienne Léa Perret accompagnée par Pablo Elcoq à la création musicale. C'est émouvant, sobre, empreint d'humilité et intensément vivant !

SCÈNE OUVERTE
avant le spectacle
______
Par les élèves du Conservatoire à Rayonnement Départemental Camille Saint-Saëns.
➔ 19h | Bar de DSN | Entrée libre
(sous réserve)

Librement inspiré de Wild de Cheryl Strayed. Adaptation Quentin Laugier. Avec Léa Perret. Musique Pablo Elcoq. Scénographie Heidi Folliet. Lumières Jérôme Bertin. Conseil chorégraphique Guilhem Loupiac. Assistante Mélisse Nughes Schönefeld.
Production : Cie M42. Coproductions : DSN – Dieppe Scène Nationale, Théâtre du Château de la ville d'Eu. Avec l'aide de la région Normandie.

© photo : Alban Van Wassenhove, Romain Dudek

Site de la compagnie

La puissance de Wild réside dans sa simplicité et sa capacité d'identification. C'est un livre dont vous êtes le héros.

Le héros est perdu donc vous êtes perdus et vous tentez de vous retrouver.
Vous avancez inlassablement, les paysages s'enchainent, sublimes et terrifiants de sauvagerie. Ils pourraient vous écraser d'un coup de caillou, d'une simple morsure de serpent, d'un accident tellement rapide que tout s'éteindrait au sommet d'une de vos plus grandes joies.

Vous marchez donc et il y a un léger sentier qui se dessine devant vous.
Des pictogrammes reconnaissables par le cerveau humain sont disséminés un peu partout. Votre carte et une boussole dans la main, vous cheminez, maître absolu de votre itinéraire. Sauf que quelque chose ne tourne pas rond ou plutôt si, quelque chose tourne en rond depuis trop longtemps, beaucoup trop longtemps. La sensation ratée de boucle incomplète vous colle à la peau. Cette sensation de tourner en rond sans jamais réussir à clore quoique ce soit. Et vous voilà, encore une fois, à un embranchement qui vous semble connu. Et vous voilà, encore une fois, avec la sensation d'emprunter le même chemin en pensant y échapper.

Les paysages changent, ce n'est pas ça le problème : les paysages sont interchangeables. Mais ils deviennent de plus en plus grands, de plus en plus terrifiants jusqu'à peser de tout leur poids sur votre sac à dos. Ils deviennent menace. Et ces boucles que vous faites inlassablement vous mènent à un point de rupture qui ne vous laisse plus le choix : soit vous reprenez le même chemin pour ce qui semble être la fois de trop, soit vous coupez à travers champs.

C'est ainsi que Strayed a initié son périple. Il lui a fallu abandonner son nom et revendiquer son envie de mourir car l'envie de mourir déclenche, dans le meilleur des cas, une soif de vie quasi-mécanique.
Il lui a fallu marcher et quand elle n'en put plus, courir, pousser son corps à se plier à son esprit, perdre ses ongles et sa peau, ses chaussures et ses affaires, ne plus considérer que rebrousser chemin était une possibilité.
Il lui a fallu lâcher le chemin tout tracé et se mettre à chercher, quelque part, de partout, les signes qui lui indiqueraient quel serait le nouveau chemin à emprunter. Celui qui mènerait irrémédiablement à la rédemption.

On quémande les signes parce qu'ils sont l'écho de nos désirs cachés. À nos problèmes et nos culs-de sac, une image extérieure semble venir apporter un élément de réponse. Pourtant ces images nous en sommes les seuls interprètes. Elles nous apportent espoir, consolation et le sentiment que l'univers peut parfois répondre aux âmes perdus.
Certains en voient partout, certains n'en voient pas du tout ou ne savent pas comment les interpréter mais tous avons été frappés au moins une fois par l'aspect suspect de ce que les sceptiques nomment « coïncidences ». On a longtemps considéré les étoiles comme les âmes des morts qui nous guidaient avant de comprendre qu'elles contenaient une carte logique.

Dans Wild il y a la scène du renard. Strayed est dans sa tente, perdue au beau milieu des montagnes enneigées qui rendent sa progression encore plus difficile. Elle est épuisée, sans ressources et va bientôt perdre ses chaussures de marche dans un ravin. Alors qu'elle essaye de se faire à manger, elle remarque un renard qui, probablement appâter par l'odeur de la nourriture la fixe sans bouger. Un face à face s'engage, quelques instants, puis le renard fait volte-face et s'enfuit. Strayed s'élance à sa poursuite, lui hurlant de revenir, mais le renard a disparu et ses jambes se sont déjà enfoncées dans la neige.

Qu'y a-t-il de plus ordinaire que la présence d'un animal sauvage au beau milieu de la nature ? Et pourtant dans l'immensité de ces montagnes et de la perte de soi la plus absolue, le moindre événement revêt un aspect mystique. Le renard devient l'âme de sa mère morte trop subitement, le totem d'une rédemption inattendue, le guide fourbe qui va la perdre un peu plus ou une manifestation de la beauté qui rend ivre Strayed pendant son périple.

Au lendemain de ma lecture de Wild, plongé dans mes questionnements sur les signes et leurs persistances, j'ai reçu une mauvaise nouvelle. Sans entrer dans les détails, il s'agissait d'une situation d'injustice profonde et les solutions qui s'offraient à moi étaient toutes lourdes de conséquences. J'étais plongé dans mes pensées, paralysé sur ce choix que je devais faire et qui me semblait impossible, complètement dépossédé de moi- même. Dans mes réflexions, j'ai levé la tête et j'ai regardé par la fenêtre. En face de moi, dans un arbre, se tenait un perroquet vert. Les plumes de sa queue étaient rouges et ses ailes bleues. Il s'agissait d'une pyrrhura molinae, la même race de perroquet que celui que j'avais eu pendant de nombreuses années et dont j'avais été obligé de me séparer à contrecœur il y a 5 ans. Je l'ai observé un instant.

Peut-être est-ce cela le principe du signe, se rendre perméable à la beauté du monde, à son ironie, juste prendre le temps de regarder, de se concentrer sur un point et de se permettre de révéler ses désirs profonds pour mieux se remettre en route.

Ce perroquet dans cet arbre m'a permis de faire un choix. J'ai mes raisons et elles font sens grâce à lui. Et vous ? Qu'est-ce que vous auriez fait ?

Quentin Laugier

Ce projet fait suite à trois évènements chronologiques...

Tout d'abord la rencontre avec Quentin Laugier sur la création de La Loi de la gravité aux Francophonies en Limousin et la découverte de son écriture, un vrai coup de cœur artistique qui nous a donné envie de travailler à un projet plus personnel et commun. Le deuxième événement date de l'été dernier, l'envie est née lors d'un trek autour du Mont-Blanc, de mettre sur un plateau ce bouleversement que peut être la marche en montagne, avec tout ce que cela peut drainer de questionnements, de bien-être et de souffrance, de remises en cause et d'évidences qui s'imposent.
Il y a eu ensuite l'envie de prolonger cette expérience et la lecture du livre de Cheryl Strayed, Wild.
Les trois événements ont donc concordés vers un même point, un travail d'adaptation du livre de Cheryl Strayed par Quentin Laugier pour une version plateau. Et l'évidence d'embarquer dans cette aventure Léa Perret, comédienne de la création 2018 de la compagnie M42, La Rage.

ÉLOGE DU RISQUE
J'aime les personnages de femmes fortes, qui s'engagent dans des voies ou sur des chemins où l'on ne les y attend pas. L'histoire de Cheryl Strayed fait partie de celles qui prolongent l'expérience d'un voyage, d'une randonnée, d'une aventure où l'on se retrouve seul.e face à soi-même et où l'on dépasse ses peurs, ses impossibilités supposées sans même s'en rendre compte. le chemin est déjà derrière, on se retourne et devant soi il y a l'avenir qui s'éclaire.
C'est ce chemin que je veux mettre sur un plateau de théâtre, celui qui passe par le deuil, la réparation, le réel des paysages et de la solitude. C'est un éloge du risque, au sens où l'entend Anne Dufourmantelle. Le risque d'être face à soi- même pour mieux entrer à nouveau dans le monde, une rédemption qui s'impose alors même qu'on ne la cherchait plus ou qu'on ne s'en croyait pas capable. Le risque d'être une femme seule sur les chemins, avec tout ce qu'on possède dans son sac à dos. Le risque d'être forte et téméraire, le risque de penser avec ses muscles, avec son corps aussi. Le risque d'avoir mal et de se relever.
C'est également un parcours parsemé de signes, comme un remède à la peur, comme une preuve que le sublime est possible et qu'il est à portée de main, de regard.

ÉLOGE DU CHANT, DES SIGNES ET DES RITUELS
Dans mes pièces, la musique jouée en live tient une place importante et il ne sera pas question de déroger à la règle avec Sauvage.
Il y aura donc Léa Perret et sa voix toujours sur le fil, presque cassée, aux envolées sublimes, des chants comme des appels.
Il y aura aussi Pablo El Coq, avec une création musicale inspirée de Bruce Springsteen et des grands espaces américains, qui accompagnera, soutiendra ou viendra dialoguer avec le texte de Quentin Laugier.

Il sera aussi question de rituels, celui de mettre et d'enlever ses chaussures.
De faire et défaire son sac. Celui de citer des autrices féministes pour se porter chance à chaque étape.
Comment les rituels nous protègent-ils? Ne sommes-nous pas que des sorcières modernes lorsque nous inventons ou réinventons ces rituels?

Il sera aussi question de bleus, de poils et de sueur. Car la randonnée ne va pas sans ça et le chemin vers soi ne se fait pas sans se reconnecter à notre corps premier. Ce corps peut sembler nous peser dans notre quotidien - face aux injonctions d'un système qui oppresse le corps des femmes.
La randonnée nous fait retrouver un corps non socialisé, hors-cadre, un corps qui nous porte.

ÉLOGE DES PAYSAGES
La scénographie et la lumière viendront donner les signes des paysages, les détourner grâce au théâtre et à l'artifice.
De la neige aux feuilles d'automne en passant par la chaleur de l'été, il restera des traces de tout ce qui tombera sur le plateau et sera foulé aux pieds.
Une accumulation de ce que l'on doit laisser derrière soi pour avancer.

Le travail sur le corps et la précision des gestes, quasiment chorégraphié sera également important, afin de détourner la marche et l'effort et de le montrer sur le plateau en le décalant.

Louise Dudek

LOUISE DUDEK - METTEUSE EN SCÈNE
Titulaire d'un Master 2 d'études anglophones mention théâtre contemporain et de mise en scène et dramaturgie, Louise a également suivi trois années de formation en art dramatique au conservatoire du XXe arrondissement. Elle a suivi des stages avec Elise Vigier, Pier Lamandé, Nicolas Bigards, Jean-Yves Ruf. Elle a participé en tant qu'assistante à la mise en scène et dramaturge à la mise en espace de La Centrale de Virginie Barreteau au CDN d'Orléans. En 2011, elle est stagiaire assistante sur les pièces Jours Souterrains (mes Jacques Vincey) au Studio Théâtre de Vitry et à la scène nationale d'Aubusson et L'Entêtement (mes Elise Vigier et Marcial Di Fonzo Bo) .
De juillet 2011 à juillet 2012, elle travaille pour Christine Dormoy et la compagnie de théâtre lyrique Le Grain, Théâtre de la Voix. Entre 2012 et 2014, elle co-met en scène et écrit deux spectacles jeune public au théâtre du Hublot à Colombes. Pour   la   compagnie   Dans   le   Ventre,    elle   est   dramaturge   et   assistante sur L'Estomac  dans  la  peau  et Monstres  d'Amour,  mes  et  écrit  par  Rebecca Chaillon En 2016-2017, dans le cadre du label Jeunes Textes en Liberté,   elle  fait une  mise  en  lecture  de  Terres  Closes,  de  Simon  Grangeat  (MC93,  Plateaux Sauvages,  TAP),  et de Presqu'illes de Sarah Pèpe (MC93,  La Loge,  université de Poitiers). En 2016-2017, elle est collaboratrice artistique sur  la création de La loi de  la  gravité   mis  en  scène  par  Anthony  Thibault,   aux  Francophonies  en Limousin, texte d'Olivier Sylvestre et celle de Yan Allegret, pour la compagnie (&) So Weiter. Avec sa compagnie, M42 elle met en scène La Centrale, en décembre 2016 au théâtre de La Loge. Elle a mis en scène La Rage, de Fanchon Tortech en février 2018 et Presqu'Illes en mars 2019 à la Scène Nationale de Dieppe. Louise Dudek est artiste associée à la scène nationale de Dieppe.  Elle est membre du collectif À Mots Découverts

QUENTIN LAUGIER - AUTEUR
Né en 1989 et originaire du sud de la France, Quentin Laugier vit entre Marseille, Lyon et Paris. Après une Classe Préparatoire aux Grandes Ecoles, Quentin intègre d'abord une école de Commedia dell'arte et d'arts du cirque où il découvre la dramaturgie des auteurs classiques ainsi que les approches corporelles du plateau. Il poursuit son cursus au Studio-Théâtre d'Asnières où il commence à écrire ses premiers textes. Il collabore par la suite avec Denis Podalydès, Guy Pion, Luc Bondy, Carlo Boso, Blandine Savetier, Thierry Paret et écrira Les 400 coups de pédale, premier texte d'une trilogie s'inspirant du parcours public des figures populaires des médias et de la politique. Ce texte a été sélectionné par le Centre National du Théâtre-ARTCENA, les Écrivains Associés du Théâtre et mis en espace par l'École Régionale de l'Acteur de Cannes-Marseille. Depuis 2017, il est le dramaturge de la compagnie Vol Plané. Il intervient également auprès du Groupe des 15, groupe de jeunes des quartiers nord de Marseille, avec qui il a écrit Rîtes, pièce sur l'engagement et les rites de passage. Sa seconde pièce Happy Birthday, Sam ! sera créée en octobre 2018 à L'espace des arts de Chalon-sur-Saône.

LÉA PERRET - COMÉDIENNE
Léa Perret est comédienne, autrice et metteuse en scène.
Elle se forme au Conservatoire du XXème arrondissement et au Studio-Théâtre d'Asnières avant d'intégrer l'ERAC (École Régionale d'Acteurs de Cannes), où elle travaille avec Catherine Marnas, Marcial Di Fonzo Bo, Laurent Gutmann, Nadia Vonderheyden, Cyril Teste et Giorgio Barberio Corsetti, avec qui elle jouera La Famille Schroffenstein de Kleist au Festival d'Avignon IN.
À sa sortie d'école, elle écrit et met en scène son premier spectacle La Fin du Monde - Récréation, créé en 2015 au Théâtre de la Loge.
En 2016, elle travaille avec Yan Allégret, qui la dirige sur son texte Jeanne, ainsi qu'avec le collectif transdisciplinaire Aubjectif dans la performance (Im)mortel.
En 2017, elle joue Lady Macbeth dans Macbeth, mise en scène par Urszula Mikos au CDN de Montreuil, et dans la performance Votre temps d'attente est réestimé en binôme avec Clara Vidal-Rosset.
La même année, elle écrit une fable d'anticipation, Flatastic, court-métrage d'animation réalisé par Alice Saey et produit par Miyu Production.
Au cinéma, elle joue dans Imago, long-métrage de Cyril Teste, et dans les court- métrages Parade nuptiale d'Emma Perret, L'homme nu de Chérifa Tsouri et Fin de Règne de Théo Comby-Lemaître.
En 2018, elle joue dans La Rage de Fanchon Tortech, mise en scène par Louise Dudek, dans Yaacobi et Leidental d'Hanokh Levin, mise en scène par Aline Reviriaud et reprend Votre temps d'attente est réestimé à la Fondation Ricard.
En 2019 elle joue dans Presqu'Illes de Sarah Pèpe, mise en scène par Louise Dudek et collabore à la mise en scène de La Flèche, écrit et mis en scène par Guillaume Mika au Théâtre de Vanves.
Elle travaille actuellement à la mise en scène de L'Horizon des Évènements, sa prochaine création, et jouera dans Que tout s'enflamme, nous attendrons, écrit et mis en scène par Aline Reviriaud.

PABLO ELCOQ - MUSICIEN
Compositeur et Musicien, interprète, curieux de tous styles musicaux et de toutes disciplines artistiques qui peuvent s'y rattacher (poésie, théâtre, film, danse, arts graphiques...)..
Il a composé et joué dans Légendes de la forêt biennoise de Ödön von Horvàt h(compagnie du Chatfoin), Rouages de Elodie Muselle (compagnie à présent), Etra ou la clarté de l'éphémère d'Alain Julien Rudefoucault (compagnie des pasperdus), Rue de Lourcine d'Eugène Labiche (compagnie du Chatfoin), Les Parfums de l'âme de Violaine De Carné (compagnie du T.I.R et la LYRE), Mademoiselle Julie (compagnie l'unijambiste), Le Village en flammes de R. W. Fassbinder (compagnie du Chatfoin / Théâtre des 2 rives), Drink me, dream me d'après Lewis Carroll (compagnie du Chatfoin / Théâtre des 2 rives), Le Baiser de la femme-araignée (compagnie du Chatfoin), Une Visite inopportune (compagnie du Chatfoin), Sons songs sonnets (concert poétique, compagnie âme en do)...

La compagnie M42 est présente sur le territoire normand depuis 2014.
Dirigée par Louise Dudek, la compagnie s'ouvre en 2019 et Léa Perret rejoint la direction artistique.
C'est la joie d'échanger et de créer des spectacles ensemble qui nous mène aujourd'hui à rapprocher nos projets artistiques. Après un compagnonnage de longue durée, nous décidons donc de nous associer pour défendre les écritures contemporaines et creuser notre recherche au plateau avec les acteurs.rices. Tour à tour lectrices assidues de nouvelles écritures, metteuses en scène, autrice ou interprète…
Ce qui nous réunit, c'est la nécessité de faire entendre les voix d'aujourd'hui. Partenariats avec des auteur.trice.s vivant.e.s, adaptations, écritures de plateau, notre travail commence toujours avec l'envie de raconter des histoires.
Louise aime les histoires intimes, les parcours de vie qui prennent un tournant inattendu et qui nous questionnent sur la place que l'on se fait parmi les autres.Chaque spectacle est l'occasion pour elle d'y associer un musicien.ne et son univers original, participant à la dimension cinématographique de ses créations.
Léa, quant à elle, part de la sociologie pour interroger la place et l'impact des fictions sur notre quotidien. Inspirée par les dramaturgies sud-américaines et la science-fiction, elle utilise la culture populaire pour essayer de comprendre comment celle-ci nous façonne.

DATES CLEFS
2019 Création de Presqu'Illes à la Scène Nationale de Dieppe et tournée
2018 Création de La Rage à la Scène Nationale de Dieppe et tournée
2016 Création de La Centrale à la Loge
2014 Installation de la Compagnie en Normandie