LE SENS DE LA VIE

La vie a-t-elle un sens ? Trois rendez-vous, trois rencontres artistiques, tenteront d'apporter quelques réponses… aux questions que nous nous posons.

Sam. 20 mars

20h | Durée 1h
RÉSERVER

Grande Salle
Tarif A

Cherchez la faute !

THÉÂTRE | DÈS 14 ANS
Mise en scène François Rancillac, Théâtre sur paroles

Fausse conférence, vrai spectacle de théâtre intelligent, drôle et stimulant !
______

Lue ou pas lue, tout le monde connaît l'histoire : malgré l'expresse recommandation du divin jardinier, Adam et Eve osent manger de l'arbre interdit ! Chassés du paradis terrestre, ils sont condamnés pour les siècles des siècles à la douleur, au dur labeur et à la mort… Amen ? Mais de quoi nos ancêtres ont-ils été coupables ? Qu'est-il vraiment écrit sur leur faute ? Et si on refaisait l'enquête ? Assis tout autour d'une grande table aux côtés de trois «exégètes», le spectateur est invité à rouvrir le récit biblique et à lire… comme si c'était la première fois, comme s'il ne savait rien de ce mythe fondateur de notre Occident. Et alors s'enchaînent les surprises… Par exemple, saviez-vous qu'il n'y a dans le texte aucune trace de « faute », de « péché » ou de « châtiment » ? Mais alors, que s'est-il joué au Jardin d'Eden ?
Le spectacle est inspiré des travaux de la psychanalyste Marie Balmary, passionnée par l'étude des textes sacrés. À l'encontre d'un discours culpabilisant, moralisant, misogyne et autoritaire, s'y expriment les grandes questions que pose à tout un chacun l'expérience de la vie, la mort, l'amour, la relation… En cherchant la faute, nous serons sans doute amenés à rencontrer l'animal étrange et fascinant que nous sommes.

______

« Enfin du nouveau sur Adam et Ève ! (…) C'est un plaisir constant d'intelligence, grâce au naturel des quatre comédiens de ce spectacle ludique et sacrément interactif, comme on dit volontiers. (…) Une élégante façon d'introduire des lumières dans les ténèbres des origines. » L'Humanité

CINÉMA
Nazarin
En copie restaurée, film mexicain de Luis Buñuel | 1959
______
À la fois austère et illuminé, Nazarin interroge l'existence de la foi, la possibilité du pardon, le sens de la vie...
➔ Dim. 14 mars

D'après La Divine Origine – Dieu n'a pas créé l'homme de Marie Balmary (Éd. Grasset & Fasquelle / Livre de Poche). Adaptation François Rancillac. Avec Danielle Chinsky, Daniel Kenigsberg, François Rancillac, Frédéric Révérend, Fatima Soualhia Manet. Régie générale François Lepage.
Production : Théâtre sur paroles (cie conventionnée par la DRAC Île-de-France). Coproduction : Théâtre de l'Aquarium (Cartoucherie, Paris). Le spectacle a été créé le 13 octobre 2003 à La Comédie de Saint-Étienne/CND.

© photo : Pascal Colrat, Mélina Faget, P. Berger

Site de la compagnie

Le spectateur est invité à s'asseoir autour d'un carré de tables (trente places environ) ou parmi la trentaine de chaises qui forment un deuxième cercle. Sur les tables, des livres éparpillés et ouverts, des bouteilles d'eau minérale, des gobelets, des tasses de café à moitié bues, du papier, des stylos… : bref, le spectateur se retrouve à devoir participer en première ligne à une réunion de travail.
À sa place, l'attend un dossier contenant les premiers chapitres de la Genèse biblique (le texte hébreu et différentes traductions), objet de l'étude du jour : il s'agirait donc d'un séminaire d'étude biblique… Il ne manque que la complicité d'un enseignant pour que les élèves y croient réellement !

Trois lecteurs, assis parmi les spectateurs, semblent mener l'étude. Avec pour ambition de travailler ce texte si ancien et si connu de la création d'Adam et Eve et du péché originel, texte que tout le monde croit connaître souvent sans même l'avoir jamais vraiment lu. D'emblée, le ton est donné… par une sérieuse engueulade ! Alors que « Daniel », un des lecteurs (les personnages portent les prénoms mêmes des comédiens), évoque en ouverture la question de la « faute originelle », les deux autres, « Danielle » et « Frédéric », lui tombent dessus : mais où trouve- t-il dans le texte la moindre allusion à une faute ou à un péché, un crime, une punition ?!! Force est de reconnaître (et Daniel avec nous tous…) que la non- observance de l'interdit divin n'est jamais décrite ici sur le mode de la morale et de la culpabilisation…

Alors de quoi s'agit-il vraiment ? Qu'est-ce qui est en jeu dans ce texte fondateur de notre civilisation judéo-chrétienne, qui a déjà fait couler tant d'encre, nourrie tant d'œuvres littéraires et artistiques - suscité tant d'ironie aussi…

« Si nous lisions ? », demande, presque timide, le modérateur « François / Fatima »…

C'est ce qu'ils vont faire (et les « étudiants » avec eux), le plus humblement possible, comme si c'était la première fois qu'ils découvraient ce texte. Et avec pour seules règles la rigueur de l'exégèse (ne rien rajouter au texte, éprouver toute hypothèse de lecture par l'étymologie hébraïque et les récurrences d'un même mot,…) et la liberté totale d'interprétation (pour autant qu'elle crée du sens et de la cohérence) : l'important n'est pas la prétendue « vérité » de ce texte, mais ce qu'il nous raconte à nous-autres, en ce début de XXIème siècle - tel un mythe fondateur (on n'attend pas que le mythe d'Œdipe, par exemple, nous dise la vérité mais qu'il nous révèle quelque chose d'essentiel de notre humanité).

Cheminant ainsi, au fur et à mesure de la lecture, de la réflexion partagée, d'étonnements en circonspections, de désarrois en illuminations soudaines, nos trois lecteurs vont tenter de comprendre ce qui s'est passé à l'ombre de « l'arbre de la connaissance » : que signifie la « solitude » d'Adam ? Pourquoi la multitude des êtres vivants créés par le dieu ne la comble-t-il pas ?
Pourquoi Adam est-il d'abord décrit comme « mâle et femelle », puis comme « homme », une fois Eve apparue ? Si Adam est créé à partir de la terre (« adama »), Eve l'est à partir de sa côte (ou plutôt : de son côté !) : qu'indique cette différence de fabrication divine ? Pourquoi Adam ne se met-il à parler et dire « je » qu'une fois Eve à ses côtés ? Pourquoi, pour répondre enfin à la solitude d'Adam en lui proposant un alter-ego, le dieu lui fait-il don de l'entièreté du jardin d'Eden à la seule exception de « l'arbre de la connaissance » dont il ne devra pas goûter ? Etc. etc.

À partir de toutes ces questions, qui surgissent pas à pas de la lecture attentive du texte (dans la traduction régénérante car quasi littérale d'André Chouraqui), s'élabore en direct, sous les yeux et les oreilles des spectateurs complices, une interprétation originale (celle de Marie Balmary), à mille lieux des versions véhiculées ici et là depuis des siècles, à l'encontre d'un discours culpabilisant, moralisant, misogyne et autoritaire :
Et si, au jardin d'Eden, nous était racontée l'expérience essentielle et si difficile, et si souvent ratée, et mille fois recommencée, de l'Altérité ?

François Rancillac

Que l'on soit bien clair : afin d'accueillir également tout un chacun, quelle que soient ses convictions, il ne sera jamais question de point de vue religieux dans ce spectacle, de même que Marie Balmary ne travaille jamais les textes bibliques en croyante (et surtout pas comme des textes « révélés », « dictés par Dieu », c'est-à-dire au sens propre indiscutables). Sa lecture (enrichie de celle, polyphonique, du groupe qu'elle anime depuis des années) est d'abord critique : les écrits bibliques, qui ont tous une histoire et un contexte (on peut aujourd'hui à peu près les dater), ont suscité à travers les siècles une quantité extraordinaire d'interprétations, de gloses, de controverses, de dogmes, d'iconographie, d'œuvres d'art, etc. Ce sont donc, comme n'importe quel mythe, des textes fondateurs de nos civilisations occidentales, des témoins privilégiés de l'aventure humaine, tels qu'ils nous ont été restitués par la transmission orale et la plume de poètes, de scribes, de théologiens, etc. Tous les outils à notre disposition aujourd'hui pour les travailler sont donc les bienvenus, s'ils sont utilisés avec justesse, et s'ils sont productifs de sens : l'histoire, l'anthropologie, la linguistique, la sociologie, la philosophie, la psychologie, etc.

Cherchez la faute !, à travers l'interprétation si décoiffante de Marie Balmary, prouve encore une fois combien les textes dits « sacrés », loin d'affirmer LA vérité, n'ont de sens (multiples et infinis) que quand ils sont interprétés, en toute rigueur mais aussi en toute liberté (comme tout texte de qualité, d'ailleurs !). A l'heure où les intégrismes de tout poil s'imposent de plus en plus dans nos sociétés, cette vraie/fausse séance d'exégèse souhaite modestement rappeler combien c'est à nous, citoyen.ne.s laïques, quelles que soient nos convictions, de nous ré-accaparer ces textes fondateurs de notre humanité, afin de déjouer ensemble les pièges de la désinformation, de l'instrumentalisation et de la peur.

François Rancillac

Lire le texte dit «sacré» comme un mythe
Les humains ont de tout temps eu besoin de comprendre les grandes questions de la vie, de l'amour et de la mort, du temps qui passe, du renouveau cyclique de la nature, de la douleur et de la joie, de l'invisible par-delà le visible, etc. De grands récits sont ainsi apparus à travers l'histoire humaine pour tenter d'expliquer, chacun à sa manière, ce qui échappe à l'expérience quotidienne et à l'explication scientifique : ces récits, souvent d'une sophistication extraordinaire, souvent oraux (et transmis de génération en génération, avec d'incessantes variations et transformations), parfois mis par écrit (avec là encore de multiples versions et variantes), constituent les grands mythes fondateurs des différentes civilisations, des différentes religions (certaines n'ayant plus cours, d'autres fédérant aujourd'hui de plus ou moins nombreux «croyants»). Les connaître, c'est découvrir les trésors de notre humanité, dans la variété extraordinaire de ses visages, de ses questionnements. Il ne s'agit pas ici de savoir si telle ou telle dit la «vérité» ou si les autres sont «fausses» : il n'y a, pour expliquer les mystères qui interrogent depuis toujours les hommes et les femmes, aucune «preuve» (comme en science - la preuve étant en plus par définition réfutable et dépassable, car la science est en perpétuelle évolution - et on ne «réfute» pas une conviction religieuse !). Quelques que soient donc nos propres conceptions spirituelles, il est important de découvrir ces grands mythes fondateurs qui, avec leur propre langage, leur propre poésie, leur propre vision, tentent chaque fois de raconter l'inexplicable. S'ils nous touchent encore et toujours, c'est qu'ils nous parlent toujours de notre humanité - en dehors de toute «croyance» (on ne demandera à personne de «croire», par exemple, au mythe d'Œdipe ! Pourtant, lire, étudier, ressentir cette histoire archaïque peut nous permettre de mieux comprendre ce que c'est d'être un être humain.

photo © Cornelis Von Haarlem

Une transmission séculaire
Que d'aventures singulières jalonnent l'histoire de la transmission des textes, de leur naissance à leur réception en passant par leur fixation, leur vraisemblable altération, leur possible disparition ou leurs innombrables réécritures ! Le texte biblique, dont les premiers rudiments semblent remonter au début du Xe siècle avant notre ère, n'échappe pas aux tourbillons de cette histoire : il est lié à des supports fragiles, à une tradition orale parfois réticente à la chose écrite... De plus, plusieurs découvertes nous signifient de manière éclatante que le texte «original» est bien un mirage puisque, au fur et à mesure que l'on se rapproche de l'origine présumée, l'importance des variantes ne cesse d'augmenter : au commencement était le pluriel des livres. D'ailleurs, «Bible» est la traduction de «biblos» en grec, qui est un mot au pluriel («les livres»)

La traduction depuis l'hébreu ancien
La lecture de l'hébreu biblique est par nature délicate et sujette à interprétations diverses. En effet, l'hébreu ancien est une langue sans voyelles et, en plus, les mots étaient collés les uns aux autres ! C'est peu à peu qu'on a ajouté des voyelles et séparé les mots pour établir une version «officielle» lisible. Cela implique forcément des choix, aussi justifiés soient-ils.
Par exemple, en s'amusant avec le français : comment lire le mot sans voyelle «RS» : rasé ? rusé ? risé ? rosé ?... Tout est possible en hébreu, et c'est le contexte qui aide à choisir. Mais les spécialistes de le Bible pensent que les scribes de l'époque (de grands poètes et intellectuels) aimaient à jouer avec les mots et profitaient de leur ambiguïté pour «ouvrir le sens», exciter la réflexion et l'interprétation des lecteurs. Par exemple, le mot hébreu pour qualifier le serpent peut vouloir dire autant «rusé» que «nu» : ce qui n'a pas grand choses à voir, a priori ! Mais à y réfléchir, si le serpent est fameux (en mythologie) pour sa malice (diabolique !), il est aussi comme nu (car sans pelage ni plumes). En creusant un peu plus loin, la ruse (qui est une forme d'intelligence) n'est-elle pas un talent obligatoire pour ceux qui sont «nus» (c'est-à-dire pauvres – le petit David sera aussi qualifié de «rusé» face au géant Goliath) ? etc, etc.

Cherchez la faute ! en se concentrant sur le récit de la Genèse, fait apparaître les ambiguïtés mais aussi les richesses du travail de traduction et d'interprétation.

Il est éclairant de comparer plusieurs versions des premiers chapitres de la Genèse (voir annexes). La première traduction quasi littérale d'André Chouraqui a servi de référence au spectacle.
Nous constatons que les différences lexicales et syntaxiques ont une influence évidente sur le sens du texte, sur sa poétique, sur sa fluidité etc.

« Chaque chapitre, presque chaque mot de la Bible pose d'innombrables questions qui restent encore sans réponse. Ce que l'on connaît avec certitude est toujours moindre que ce que l'on croit savoir ou que l'on ignore. »

Moïse, André Chouraqui

photo © Israel museum de Jerusalem

FRANÇOIS RANCILLAC, METTEUR EN SCÈNE
Metteur en scène, François Rancillac a fondé avec Danielle Chinsky de la compagnie « Théâtre du Binôme » (1983) et a assuré la direction artistique du Théâtre du Peuple de Bussang de 1991 à 1994 dont il est actuellement le président.
Il a été artiste associé au Théâtre de Rungis de 1992 à 1994, à l'ACB/ Scène Nationale de Bar-le-Duc et au Théâtre du Campagnol/CDN. De janvier 2002 à mars 2009, il co-dirige avec Jean-Claude Berutti La Comédie de Saint-Etienne/CDN.

En mars 2009, François Rancillac est nommé à la direction du Théâtre de l'Aquarium. Il ouvre la saison 2009-2010 avec Zoom de Gilles Granouillet. Il y met en scène Le bout de la route de Jean Giono (janvier 2010), Giono sur la route d'après les Entretiens de J. Giono avec J. Amrouche (2010), Le roi s'amuse (d'abord créé en juin 2010 au Château de Grignan), De gré de forces d'après le «Discours de la servitude volontaire» d'Étienne de La Boétie (2010), Détours d'après « Suite vénitienne » de Sophie Calle (2011), Le tombeau de Molière de Jean-Claude Berutti et les musiques de Marc-Antoine Charpentier pour « Le malade imaginaire » de Molière (2012), Mon père qui fonctionnait par périodes culinaires et autres d'Elizabeth Mazev (2012), Nager/cueillir de Gilles Granouillet (2012 – pour les Théâtrales/Charles Dullin).
En 2013, il met en scène Ma mère qui chantait sur un phare de Gilles Granouillet au Théâtre de l'Aquarium. À New Delhi, il met en scène Orfeo par-delà le Gange d'après l'opéra de Monteverdi, direction Françoise Lasserre (Akadêmia), présenté à la Cité de musique à Paris, Le Mardi où Morty est mort de Rasmus Lindberg au Fracas- CDN de Montluçon-région Auvergne et repris à l'Aquarium.
En 2015, il a créé La Place royale de Corneille. Pour les 50 ans du Théâtre, il a écrit L'Aquarium, d'hier à demain joué par les élèves de la promotion 2016 de l'ESAD. La même année, il a aussi mis en scène à l'Opéra de Nantes/Angers La tectonique des nuages, opéra-jazz de Laurent Cugny.

MARIE BALMARY, PSYCHANALYSTE ET EXÉGÈTE
Psychologue clinicienne de première formation, elle choisit comme sujet de thèse « La prise de conscience » qui l'amène à une recherche sur les fondations de la psychanalyse.
Marie Balmary enquête sur les sources de nos cultures et l'origine de la parole. Elle lit, dès sa parution, la première traduction de la Bible d'André Chouraqui, ce qui la décide à se lancer dans l'apprentissage des langues bibliques (l'hébreu et le grec).
Avec d'autres lecteurs ayant l'expérience de la psychanalyse, elle entreprend une relecture des grands récits fondateurs de notre culture poursuivie jusqu'à aujourd'hui, essentiellement la Bible hébraïque et les Évangiles, lus au plus près du texte, dans leurs langues originales. La divine origine, Dieu n'a pas créé l'homme (1993) est un de ses ouvrages qui rend compte de ces recherches.

ANDRÉ CHOURAQUI, TRADUCTEUR
Nathan André Chouraqui naît à Aïn Témouchent, en Algérie, le 11 août 1917. Ses parents, Isaac Chouraqui et Meleha Meyer descendent tous deux de familles juives espagnoles qui comptent, dès le XVI ème siècle, des juges, des théologiens, des rabbins, des poètes, des savants, attachés au développement du judaïsme nord africain.

Ses études de Droit le conduisent à Paris en 1935, où il entame également des études rabbiniques. Pendant la guerre, il participe activement à la Résistance dans le maquis du Centre de la France (1942 - 1945). Avocat, puis juge dans le ressort de la Cour d'Appel à Alger (1945 - 1947), il est promu, en 1948, Docteur en Droit international public à l'Université de Paris.

En 1965, André Chouraqui est élu vice-maire de Jérusalem, sous le mandat de Teddy Kollek. Il est chargé des affaires culturelles, des relations interconfessionnelles et internationales de la ville de Jérusalem. De 1969 à 1973, il est réélu conseiller municipal et président de la Commission de la Culture et des Affaires extérieures de Jérusalem.

En plus de ses livres, il rédige des centaines d'articles dans la presse mondiale, donne de nombreuses conférences, écrit plusieurs livres sur les problèmes politiques et spirituels soulevés par la résurrection de l'Etat d'Israël. Universelle dans son essence, son œuvre s'étend à divers domaines, tels que la poésie et le théâtre, la philosophie et la fiction, l'histoire et la sociologie, le droit, et plus particulièrement la traduction et l'exégèse de l'Ancien et du Nouveau Testament et du Coran.

Ses œuvres, traduites en vingt langues, ont obtenu de nombreux prix littéraires.
André Chouraqui est le premier et le seul écrivain à avoir traduit et commenté tous les livres de la Bible, du Nouveau Testament et du Coran. Son œuvre répandue à travers le monde inspire une nouvelle lecture des Ecritures, plus proche des sources, antérieures aux guerres de religions.

La méthode suivie dans cette œuvre unique a été de restituer au texte son sens originel, déterminé par les significations des racines à l'époque où les Ecrits sacrés ont été proclamés. Il a réalisé cette œuvre dans la conscience qu'il n'y aurait pas de paix sur terre sans en finir avec les guerres constantes entre les grandes religions dont la paix devrait entraîner et soutenir celle du monde.

photos © DR

« C'est à une fête de l'intelligence et aux pétillements de l'esprit qu'invite le metteur en scène François Rancillac, grand ordonnateur de cette conférence amicale, partageuse et souvent drôle. On en sort non seulement plus intelligent, plus fraternel, mais le coeur empli de la conscience de l'autre… » Télérama

« F. Rancillac a inventé une scénographie qui fait des spectateurs des participants et des complices. (…) Une heure très dense avec, à la clé, un débat qui pourrait durer toute la nuit.Ce spectacle honore le métier. Et quant aux comédiens, ils sont d'une parfaite justesse. » Figaroscope

« Le travail (remarquable) de Balmary fait déjà la nique à tous les intégrismes misogynes et autoritaires. Cette étude biblique partagée sur scène nous renvoie concrètement à notre responsabilité citoyenne devant les textes, tous les textes : alors lisons, interprétons, ouvrons les sens ! » Libération

« C'est toujours surprenant, clair, drôle aussi, et on ressort de ce spectacle en ayant l'impression d'être plus intelligent après qu'avant ! » Le Progrès

« Avec ce que vous savez ou pas, avec vos idées, vos convictions et même vos a priori, courrez voir Cherchez la faute ! C'est aussi et surtout un vrai moment de théâtre, d'une rare intelligence, d'une simplicité subtile, parfois drôle, souvent profonde, toujours interrogative et respectueuse. Et la discussion qui s'engage ensuite avec le public chaque soir, c'est encore du théâtre. De la vie en partage. » La Vie

« Apparemment, ce n'est pas du théâtre. Et pourtant on touche à l'essence de cet art : la parole partagée et la pensée en action. (…) A la fois savant, drôle et riche en suspens, ce spectacle nous met en joie. Merci aux acteurs et à François Rancillac. » Théâtre du Blog

« Les allergiques au religieux comme les croyants de toute confession pourront se laisser embarquer dans ce jeu de piste instructif et tellement stimulant pour la pensée. Sans jamais chercher à dénigrer ou à absorber les opinions de son contradicteur, chacun grimpe sur les épaules de l'autre pour aller plus loin. A l'heure où les débats tournent de plus en plus souvent aux règlements de comptes stériles, la démarche de Cherchez la faute ! reste d'une actualité brûlante. » Les Echos

« Les comédiens déconstruisent les stéréotypes et les idées reçues, débarrassent le texte de la poussière accumulée par 2 000 ans de théologie. (…) Ne manquez pas cette yeshiva laïque et champêtre, drôle, joyeuse, irrévérencieuse et tellement intelligente ! » LA LICRA