Spectacle annulé
DSN - Dieppe Scène Nationale est fermée au public en application des mesures gouvernementales. Nous sommes contraints d'annuler la représentation de ce spectacle.

Mer. 14 avril, 18h


Sam. 16 & dim. 17 avril, 20h

Durée 1h
Séances scolaires
Mar. 13 & jeu. 15 avril 14h30

Sous chapiteau
Château de Clieu
Petit-Caux / Derchigny

Tarif B

Bêtes de foire

CIRQUE | DÈS 8 ANS
Laurent Cabrol & Elsa de Witte

Bestiaire de fer, machineries endiablées, marionnettes indisciplinées : « un spectacle fragile et palpitant comme un cœur qui bat ! » François Morel
______

Pénétrez dans le monde de Bêtes de foire, funambules, homme-orchestre, acrobates et leurs acolytes sont ici fabriqués sous nos yeux avant d'exécuter leurs numéros. Installée en fond de scène, entre la machine à coudre et les rouleaux de tissus, Elsa de Witte n'a pas son pareil pour déchirer, rafistoler et transformer une vieille fripe, un bout de métal et une paire de bottines en vedette du prochain numéro ! Les personnages avancent ensuite dans la lumière et prennent vie entre les doigts experts de Laurent Cabrol, pour un tour de piste face au public. Sous ses airs de clown post-moderne, il compose avec toute cette clique de personnages fantasques, un ensemble poétique et mécanique.
Dans ce petit chapiteau, les tableaux se succèdent à un rythme rapide mêlant dextérité et prestidigitation, pour nous donner l'illusion d'un grand spectacle de cirque, tant dans son imaginaire que dans son émotion. Un vrai cirque aux proportions réduites !

______

« C'est dans ce bric-à-brac de tissus, de plastrons, de chapeaux et de vieilles bottines que le duo trouve matière à faire un spectacle aussi touchant que fascinant, avec des bêtes de foire mécaniques, bricolées à vue et un chien paresseux et cabot. Créé par Elsa de Witte et Laurent Cabrol, venus de la rue et du cirque, ce petit théâtre de gestes est plein de charme, d'invention et de douce fantaisie. » Télérama

En piste Laurent Cabrol, Elsa de Witte, Sokha. Sculpture personnages Steffie Bayer. Construction personnages Ana Mano, Thierry Grand. Création musicale Mathias Imbert, Natacha Muet, Piéro Pépin, Eric Walspeck. Création son Francis Lopez. Création lumières Hervé Dilé, Fabien Viviani. Gradins et montage chapiteau salle Fred Sintomer. Route et Montage Nicolas Durand. Administration Les Thérèses. Remerciements Antonin Bernier, Laurent Bonnard, To Quintas, Nino, Amalia, Mélinée.
Production : Bêtes de foire, Association Z'Alegria. Coproductions : Scène nationale d'Albi et Derrière-le-Hublot, Capdenac. Ce spectacle a reçu l'Aide à la création de la DRAC Midi Pyrénées et du Conseil Régional de Midi-Pyrénées. Ce spectacle est subventionné par la DGCA (Aide à l'itinérance des Cirques).

© photo : Lionel Pesqué, Philippe Laurençon, Vincent Muteau

Site de la compagnie

Bêtes de Foire est le fruit de la rencontre entre Laurent Cabrol, circassien et Elsa De Witte, costumière-comédienne.

Après avoir fait ses classes auprès d'Annie Fratellini et Lan N'Guyen, Laurent co-fonde les cirques Convoi Exceptionnel et Trottola, tout en multipliant les rencontres artistiques: Raphaëlle Delaunay, cirque Romanès, Théâtre du Rugissant dans lequel il retrouve Elsa.

Elle, elle vient de compagnies de théâtre de rue - notamment la Cie Babylone - et cultive son amour pour les histoires simples et populaires, tout en approfondissant un travail sur le détournement de matériaux usés, qu' elle recycle et embellit.

Le spectacle est à l'image de leur parcours, un mélange de cirque, marionnettes, théâtre et danse.

Notre scénographie révèle à elle seule les deux axes que nous voulons développer. D'une part, la piste ronde où tout n'est que spectacle et représentation et d'autre part, le fond de scène-atelier où la technique et les mécanismes de création sont mis en valeur.

Sur la piste, nous voulons travailler sur l'imagerie du spectacle, le paraître. Nous nous servons d' émotions engendrées par l'univers circassien classique: émotion sonore - roulements de tambour, orchestre, scie musicale…-, émotion visuelle - paillettes, poursuites de lumière, mouvements circulaires et verticaux avec une prise de l'espace ajustée…- mais aussi émotions pures comme la peur du vide, l'équilibre précaire, le mouvement multiple et impossible, le rire… Nous travaillons sur le rythme d'un spectacle de cirque -enchaînement de prouesses mis dans un ordre choisi pour faire naître l'émotion- ainsi que sur le rythme interne d'un numéro: technicité de plus en plus difficile, suspense, prouesse finale… Nous utilisons ces "astuces" de spectacle en les décalant.

Le fond de scène est réservé à "l'envers du décor", aux coulisses. Parce qu'il n'y a de spectacle sans technique, nous nous amusons à mettre en scène le labeur, le côté "artisanal" et la recherche artistique. Ainsi, nous jouons de manipulations visibles, de guindes non-dissimulées, de console lumière apparente…Nous piochons également dans des matériaux à vue pour faire naître des personnages et leur faire accomplir des prouesses afin de mettre en valeur le travail minutieux, les petits points. L'artiste livre au public sa recherche corporelle, rythmique et d'équilibre. Il décompose chaque mouvement pour en montrer sa naissance. Nous insistons sur l'élaboration, la construction, l'apprentissage empirique.

Ce parcours nous permet de partager avec les spectateurs notre recherche sur les processus de création.

« Ce beau et delicat spectacle nous incite a ralentir la course, a baisser la barre, oublier nos ambitions de croissance et raccommoder nos reves. » Io Gazette

« Une pincee de Kantor, un souvenir de Calder, et des airs burlesques rendent « Betes de foire » infniment precieux.(...) Mais ce couple-la en invite d'autres dans sa danse : couples de fer, ou d'etoffe qui vont toujours les yeux dans les yeux. Et leur valse a cent ans, a mille ans. Ils n'ont plus d'âge, mais leurs prouesses fantastiques font la nique a la mort et a l'outrage du temps.(...) Voici donc un cirque de personnages et de surprises, d'histoires jamais cousues de fil blanc. On y rit beaucoup, on se prend d'amitie pour ces caractères. Un tout petit grand cirque ! » Les 3 coups

« La compagnie Betes de foire fait partie de ces petits cirques comme la compagnie Deux rien merci ou les frères Forman qui ont conjointement invente un univers et une structure pour l'abriter. (...) Cela tient du cirque, du cabinet de curiosite, du theâtre de marionnettes et d'objets.(...) C'est fait main, cousu maison, c'est plein d'adresse et de tendresse, a la fois delicat et desuet, constamment enchanteur. » Mediapart

« Elsa et Laurent sortent tout droit d'un album de Fred. Leur petit cirque est un endroit pour rever, rire et admirer. Dans la grande tradition des artistes poètes, ils ratent tout ce qu'ils reussissent et reussissent tout ce qu'ils ratent. Sous leur chapiteau, ils nous presentent un spectacle fragile et palpitant comme un coeur qui bat. » François Morel

« Bestiaire de fer, machinerie endiablee, marionnettes indisciplinees : ce cirque-la vous redonne le goût des petites choses, d'une certaine fragilite, des bevues pleines d'elegance » Mad