LE MOIS DE LA COMÉDIE

Janvier pour vous plaire, en histoires fabuleuses de héros, de joie, de danses voraces…
un mois de comédie, un mois de radieuses rencontres !

MARDI 14 JANVIER 20H
durée 1h30
RÉSERVER
GRANDE SALLE
tarif A
THÉÂTRE
dès 12 ans

AUTOUR DU SPECTACLE
atelier découverte

Plaire
Abécédaire de la séduction

CONCEPTION JÉRÔME ROUGER
LA MARTINGALE

G comme Géographie du corps, H comme Humour, I comme Imposteur, P comme Politique ou X comme X…

Comment passe-t-on de Shakespeare à Mike Brant ? De Roland Barthes à Nadine de Rothschild ? Intemporelle, la séduction prend aujourd'hui beaucoup de place dans notre société du désir permanent et entretenu : réseaux sociaux, communication politique... Elle est au cœur de problématiques très actuelles et permet à Jérôme Rouger, fin observateur et analyste, d'aborder ses thèmes de prédilection. Il interroge les processus de domination, de reproduction, mais également les codes sociaux et les codes du spectacle, les rapports acteurs / spectateurs, et s'intéresse à leur transgression.
Dans ce drôle d'abécédaire, le comédien, pertinent et impertinent, évoque les frontières entre séduction et manipulation, les modes de gouvernance, mais aussi l'amour, la joie d'être, le jeu, l'exaltation de créer. Il nous livre ainsi un spectacle intelligent et fou, en forme de conférence surréaliste. Monologue aux accents philosophiques, plein d'humour et de poésie, Plaire est un spectacle jubilatoire !

« Jérôme Rouger nous livre un « abécédaire de la séduction » déjanté et plein de vérités radicales sur le fond et sur la forme… Le comédien n'a pas vraiment de limite… Les mots s'entrechoquent et la poésie s'immisce l'air de rien… Fêlé, il laisse passer la lumière par le rire libérateur. Il livre aussi ses doutes avec la finesse de celui qui sait que c'est ici que se joue le commun. » L'Humanité

Écriture, conception, jeu Jérôme Rouger. Complicités Cécile Delhommeau, Patrick Ingueneau. Vidéo, son Jaime Chao. Lumières Mathieu Marquis.

Coproduction et accueil en résidence : La Coupe d'Or – scène conventionnée de Rochefort, Les Scènes du Jura – scène nationale Le Gallia Théâtre – scène conventionnée de Saintes, CPPC – L'Aire libre – Saint-Jacques-de-la-Lande. Accueil en résidence : Le TAP – scène nationale de Poitiers, Scènes de territoire – théâtre de Bressuire. Aide à la production et à la diffusion : DRAC Nouvelle-Aquitaine, Région Nouvelle-Aquitaine, Conseil Départemental des Deux Sèvres. Conventionnement : Région Nouvelle-Aquitaine.

© photo : Maxime Debernard

Site de la compagnie

La question de la séduction entre un acteur et le public traverse l'ensemble du spectacle, presque comme un fil rouge.

Le procédé de l'abécédaire (même si on prend ici quelques libertés par rapport à un abécédaire formel), permet de sortir facilement du récit linéaire et ainsi d'amener des ruptures fortes, des surprises, des changements d'ambiance...

Intemporelle, la séduction prend aujourd'hui beaucoup de place dans notre société du désir permanent et entretenu : réseaux sociaux, communication politique... Elle est donc au coeur de problématiques très actuelles.

Sans tomber dans une interactivité où l'on « utilise » des spectateurs malgré eux, je cherche comment, avec jubilation, déplacer la position habituelle du spectateur lors d'une représentation. Ainsi, le public est, pendant tout le temps de la représentation, considéré par l'acteur comme un partenaire, parfois comme un confident.

Comme dans chacun de mes spectacles, l'humour tient une place importante. J'aime son aspect fédérateur, qui contribue à quelque chose pour moi d'essentiel au théâtre : rassembler autour d'un même «objet» des gens d'âge, de sensibilité, de culture et d'intérêts différents.

Jérôme Rouger

Jérôme Rouger
[ECRITURE, CONCEPTION, JEU]

Au travers des spectacles qu'il écrit et crée avec sa cie La Martingale, Jérôme Rouger interroge les processus de manipulation, de domination, de reproduction, il interroge également les codes sociaux et les codes du spectacle, et s'intéresse à leur transgression. Ses créations explorent très régulièrement les rapports acteurs/spectateurs, art/ société, et s'interrogent ainsi sur les « fonctions » du théâtre et de l'art en général. Dans chacun de ses spectacles, l'humour tient une place importante.

Police Culturelle (spectacle de rue), dans lequel il interprète Bruno Delaroche, conseiller en charge des expérimentations au Ministère de la Culture. Bruno Delaroche intervient désormais seul au cours d'inaugurations, de présentations de saison..., souvent en compagnie de personnalités politiques (Alain Juppé, Ségolène Royal,...).

Trapèze, en 2003 (1er spectacle en salle), flânerie verbale humoristique et légèrement féroce menée à vive allure, qui remporte le 1er prix au festival de théâtre solo Coup de Chapeau à Toulouse.

Furie, en 2005, histoire d'un comédien qui s'est fait quitter par son spectacle, joué plus de 200 fois (dont un passage par la Manufacture à Avignon et par le Lucernaire à Paris).

Je me souviens, en 2008, (Espace Malraux à Chambéry, le Grand T à Nantes, TAP Poitiers, Scènes du Jura, L'Agora Evry, Le Carré-Colonnes, Moulin du Roc Niort, la Coupe d'Or Rochefort,...). Près de 400 représentations à ce jour.

Inoffensif [titre provisoire] accompagné par Patrick Ingueneau (musique et jeu), créé en 2012 après avoir effectué au préalable 14 expériences uniques dans 14 lieux avec 14 artistes associés différents. Le spectacle remporte un franc succès (pro, presse, public...) lors du festival off d'Avignon 2014.

Pourquoi les poules préfèrent être élevées en batterie, en 2014, une conférence-spectacle au coeur de problématiques très actuelles, qui investit à la fois le champ de l'absurde et de la métaphysique, qu'il a joué plus de 200 fois, dont au Théâtre du Rond-Point à Paris et en tournée avec une dizaine de scènes nationales.

et [Plaire] abécédaire de la séduction, en 2017, créé à La Coupe d'Or à Rochefort, au TAP à Poitiers, aux Scènes du Jura…

Jérôme Rouger collabore également avec d'autres compagnies en tant que comédien ou metteur en scène, notamment avec Vernisseurs pour Le Musée de Monsieur P. et Joyeuse pagaille urbaine (tournées en Europe, Tunisie, Japon, Chine, EAU, Aurillac in, scènes nationales Annecy, Calais, Maubeuge, Créteil…), Théâtre Group'...

Il est régulièrement maître de cérémonie : Goguette d'Enfer, festival de cinéma Takavoir, sessions Au slam citoyen (avec Itinéraires bis)...

Enfin, il fut tromboniste au sein de L'Etrange Gonzo (scène nationale de Poitiers, de Niort, fête de l'Humanité...).

Depuis 2010, Jérôme Rouger est directeur artistique du Printemps de la Martingale et du Dis Donc, un rallye de lecture théâtrale dont le principe est de lire des pièces en compagnie de leur auteur (invités : Marion Aubert, Fabrice Melquiot, Rémi De Vos, Stéphane Jaubertie, Karin Serre,…) et sans spectateur ! (ce sont les gens présents qui lisent).

Il a codirigé Ah ? festival de théâtre de Parthenay de 2003 à 2009.

Il fut chargé d'enseignement en master 2 mise en scène et scénographie à Bordeaux III, donne régulièrement des stages (dans des théâtres et conservatoires) et enseigne (théâtre et rythme) au CFMI (Centre Formation Musiciens Intervenants) de Poitiers.

Il a reçu le Prix Philippe Avron en 2013 à la SACD qui récompense un auteur-interprète selon les 5 critères suivants : intelligence - générosité - finesse d'esprit - démarche humaniste - écriture comme outil essentiel de la compréhension du monde.

Compagnie théâtrale professionnelle fondée en 1998 autour du travail de Jérôme Rouger et basée à Poitiers (86), La Martingale mène depuis sa création un projet tourné vers l'émancipation du citoyen, et essaye d'éveiller des consciences (en commençant par la sienne...). Partant du constat que les affects tristes sont en général ceux qui empêchent d'agir, la Martingale place ses activités sous le signe de la joie, du panache et d'une certaine forme d'irrévérence.

Autour du travail de Jérôme Rouger et de Patrick Ingueneau, les spectacles de la Martingale parlent ainsi d'identité, interrogent la manipulation, la domination, les codes sociaux, les codes du spectacle, s'intéressent à leur transgression, explorent les rapports acteurs/ spectateurs, art/ société, et s'interrogent sur les « fonctions » du théâtre et de l'art en général.

Cela passe régulièrement par l'exploration de nouveaux territoires artistiques : performances, théâtre de rue, interventions impromptues,...

Depuis sa création, la compagnie mène également un important travail d'infusion culturelle sur son territoire : festival Ah (jusqu'en 2010), et depuis 2010, le Printemps de la Martingale, la Nuit des chanteurs seuls, et le Dis Donc !, un rallye de lecture théâtrale en présence des auteurs des pièces, et où il n'y a pas de spectateur : chaque personne présente lit.

« Jérôme Rouger n'en finit pas de nous séduire… On est de plus en plus attaché à sa manière unique de susciter le rire, à sa capacité à poser un regard décalé sur la complexité du monde, à son don pour établir un rapport bienveillant et complice avec le public… Il cultive un mélange d'espièglerie d'impertinence et de poésie dans des mises en scène aussi inattendues qu'inventives… À la fois charmeur et humble, loufoque et philosophe, Jérôme Rouger redonne ses lettres de noblesse à l'humour. La séduction avec lui est une affaire de subtilité » Sandrine Blanchard - Le Monde

« Ne vous méprenez pas, Jérôme Rouger n'est pas un coach en séduction, ni une Nadine de Rothschild en complet veston, mais un observateur lucide et perspicace de notre société maniant avec habileté la petite mécanique de l'humour » Thierry Voisin - Télérama Sortir TT - on aime beaucoup

« Sa force c'est aussi sa modestie feinte alors qu'il est une véritable bête de scène, sa prose, sa puissance vocale, son éloquence, sa présence physique, son humour et sa fulgurance. On sort de ce spectacle plus intelligent » Nathalie Mazet - France Bleu Vaucluse - Coup de coeur du off - juillet 2018

« Mais d'où vient ce charme indéfinissable des spectacles de Jérôme Rouger ? L'humoriste-poète (ou peut-être est-ce l'inverse) n'en finit pas de nous séduire [...] et rafle à nouveau tous les suffrages (et pas seulement auprès du public féminin). Il parvient à embringuer toute la salle dans sa folie douce » Laurent Favreuille - La Nouvelle République

« Un spectacle surréaliste, intelligent et fou, récompensé par un beau bouquet de rires et une standing ovation… Fin observateur et analyste, Jérôme Rouger invoque Roland Barthes et Nadine de Rothschild et même fait vivre « un orgasme collectif au public…Monologue aux accents philosophiques, plein d'humour et de poésie, « Plaire » est un spectacle jubilatoire. » Dragan Perovic - La Montagne

« Le comédien Jérôme Rouger donne à penser et à rire... Standing ovation à la clé. Tout passe, tout glisse. Le jeu subtil de Jérôme Rouger y est pour beaucoup. Il était déjà venu présenter l'épatant spectacle Pourquoi les poules préfèrent être élevées en batterie ? » Arnaud Boucomont - Midi libre

« Un abécédaire de la séduction irrésistible… Ses interpellations des spectateurs bourrées d'humour sont désarmantes de naturel. […] Plaire nous transporte jusqu'à une cavalcade en forêt à la Monthy Python, à coup d'effets musicaux ou d'images très réussis. » Fabienne Richard - Ouest France