DIMANCHE 9 FÉVRIER 10H30
durée 1h05
RÉSERVER
LE DRAKKAR
tarif B
CAFÉ CURIEUX | THÉÂTRE CORPOREL
dès 14 ans
L'équipe de DSN vous accueille dès 10h avec café et viennoiseries.

Parler la bouche pleine

CONCEPTION JULIEN BONNET
COMPAGNIE DU DAGOR

Autour d'une table, les parents, les enfants, la tante, le copain de la fille. Une famille comme les autres. Ou pas.

Des retrouvailles comme les autres. Ou pas. Un dimanche comme les autres. Ou pas. Un repas où l'on attend quelqu'un qui n'arrive pas. Qui n'arrivera peut-être jamais. La sonnerie du téléphone rythme le cours du repas, jusqu'au coup de fil expliquant l'absence de celui qu'on n'attend plus…
Parler la bouche pleine c'est du rire et du drame. Avec des ralentis et du silence pour voir les choses. Avec des assiettes qui dansent, des couverts qui volent. C'est un opéra muet où les sentiments sont vus, vécus, sans un mot.
La compagnie du Dagor poursuit son travail autour de la non-parole. Ce n'est pas de la danse, ce n'est pas du mime. C'est raconter une histoire sans un mot, délicatement, avec un geste, un mouvement ou un regard, en convoquant l'imaginaire de chacun.e, pour parler du thème universel de la famille.

« Six comédiens sortis tout droit d'un tableau de Hopper se mettent dans la peau d'une famille à table. D'un repas si ordinaire, on glisse imperceptiblement du comique au grotesque puis au tragique. Création très osée et très réussie qui interroge la définition même du personnage de théâtre en même temps qu'il pose un questionnement cru sur la communication entre les êtres et notamment au sein d'une famille. » Quiveutleprogramme.fr

Direction artistique Marie Blondel, Julien Bonnet, Thomas Gornet. Avec Max Bouvard, Evguenia Chtchelkova, Nathalie Davoine, Aurélien Le Glaunec, Caroline Guyot, Catherine Lafont, Bernard Oulès. Collaboration artistique Marine Duséhu. Création lumière Claude Fontaine. Régie lumière Guillaume Tesson. Scénographie Jean-François Garraud. Musique originale et régie son Adrien Ledoux. Costumes Sarah Leterrier. Travail chorégraphique Evguénia Chtchelkova.

Production : Cie du Dagor. Coproduction et accueil en résidence Scène nationale d'Aubusson, Théâtre Jean Lurçat, La Megisserie – scène conventionnée de Saint-Junien. Avec le concours de l'Etat – Ministère de la Culture (DRAC Nouvelle Aquitaine), le soutien de l'OARA et l'aide de la SPEDIDAM. La Cie du Dagor est conventionnée par l'Etat (DRAC Nouvelle Aquitaine), associée au TMC scène conventionnée de Coutances, associée aux Ateliers Intermédiaires de Caen.

© photo : Thierry Laporte

Site de la compagnie

Avec Parler La Bouche Pleine, je souhaite poursuivre le travail débuté sur Le Nez Dans La Serrure, mon premier spectacle, c'est-à-dire continuer ma recherche autour de la non parole.
Ce qui m'intéresse c'est ce que demande à un comédien le fait de ne pas passer par les mots. Comment un acteur qui a l'habitude de parler va-t-il se débrouiller avec ça ? Quel autre langage va-t-il inventer ?
Pour cette deuxième création j'ai choisi de travailler avec un auteur, Thomas Gornet, qui écrira un texte « souterrain » qui, en donnant des clefs aux acteurs, constituera une base de travail.
Il permettra également d'obtenir une plus grande précision dramatur-gique.
Avec la danseuse Evguénia Chtchelkova, je souhaite développer le travail du geste et du mouvement, frôler la danse sans jamais complètement tomber dedans.
Une grande partie de l'histoire se déroulera autour d'une table.
Autour de un ou plusieurs repas.
Peut-être que c'est la première fois que la fille présente son copain.
Peut-être qu'à un moment les gens se lèvent de table, pour essayer de s'oc-cuper. Il reste une personne qui est assise dans une grande solitude et une grande tristesse. Peut-être que les autres sont sortis de table pour ne pas voir le malheur de celui qui est resté.
Peut-être que la sonnerie du téléphone rythme le cours du repas jusqu'au coup de fil qui annoncera la mort du fils qui n'est pas là.
Arrêt dans le temps. Une mère s'effondre.
On bascule tout doucement dans un temps chorégraphié.
Peut-être qu'on retrouve la famille pour le repas d'après funérailles.
Tout le monde est face public. Personne ne bouge. On a presque le senti-ment que personne ne respire.

Julien Bonnet

Mes inspirations
Un cinéaste : Roy Andersson
Un photographe : Gregory Crewdson
Une esthétique très travaillée et très précise.
Un travail autour de la solitude de l'être humain.
Des situations quotidiennes qui basculent dans l'absurde et l'onirisme.
Deux univers puissants mais qui laissent une grande part d'imaginaire à ceux qui regardent...

La Cie du Dagor est implantée en Limousin depuis 2001. La plupart de ses membres est issue de l'Académie-Ecole Supérieure Professionnelle du Limousin. Elle a créé une dizaine de spectacles à destination de tous les âges : très petits, petits, moyens, grands, très grands. Dans une volonté de produire des spectacles pas uniquement pour un public ciblé, mais dans un souci de rassembler les spectateurs autour de thématiques spécifiques. En considérant qu'à partir d'un certain âge elles peuvent nous toucher toutes et tous, chacun à notre endroit. La direction artistique est partagée par Marie Blondel, Julien Bonnet et Thomas Gornet.