31 août > 20 septembre

Avec amour et acharnement

FILM FRANÇAIS DE CLAIRE DENIS | 2022 | 1H56
AVEC JULIETTE BINOCHE, VINCENT LINDON, GRÉGOIRE COLIN
OURS D’ARGENT DU MEILLEUR RÉALISATEUR, VENISE 2022

____________
Sarah et Jean s’aiment, ils vivent ensemble depuis plusieurs années. Mais, un matin, Sarah croise par hasard François, un ancien amant. C’est François qui lui a présenté Jean. C’est François qu’elle a alors quitté sans hésiter...

HORAIRES

mercredi 15:00 | 20:45
jeudi 15:00 | 20:45
vendredi 18:00
samedi 15:00 | 20:45
dimanche 14:30
mardi 16:00 | 18:30

mercredi 14:30
vendredi 18:30 | 20:45
samedi 18:00
dimanche 18:30
mardi 18:30 | 20:45

mercredi 18:30
samedi 14:30
dimanche 18:30
mardi 18:30 D

L'IMMANQUABLE
Claire Denis

Coécrit avec l’écrivaine Christine Angot (comme l’était déjà Un beau soleil intérieur en 2017), le dernier film de la cinéaste Claire Denis nous entraine dans le tourbillon de la passion amoureuse, en privilégiant naturellement son versant féminin. Le titre Avec amour et acharnement décrit l’attitude de Sara, une journaliste qui mène une vie heureuse et sans histoire jusqu’à ce qu’elle soit bouleversée par la réapparition d’un vieil ami de son mari qu'elle a autrefois follement aimé. La réalisatrice commente : « Le désir des hommes, c’est pas mal. Le désir des femmes, c’est mieux peut-être, elles ont droit aux mêmes écarts que les hommes. Adultère ? Trahison ? Tout ce vocabulaire convenu de la conjugalité bourgeoise m’est totalement étranger. Sara n’est ni une soumise ni une victime. […] C’est quand même une chance inouïe et pas fréquente de retrouver un ancien amant. Elle tente cette chance, elle jette cette pièce en l’air, elle joue ce jeu dangereux à pile ou face, et dans le fond elle se moque de savoir où et comment la pièce va retomber. » En délaissant la psychologie pour s’attacher à la sensualité, à la violence des corps et des mots, Claire Denis révèle la brutalité du désir, le cataclysmique de la passion qui éclate au milieu du quotidien le plus banal et menace de tout détruire. Mis en musique par les Tindersticks, tourné presque entièrement en intérieur, le film envoute autant qu’il étouffe le spectateur. Il est porté par l’interprétation intense de trois comédien.e.s fidèles de la réalisatrice : « Juliette Binoche est capable de tout ! Elle affronte tout, elle défie tout. Juliette est totalement Sara : belle et rebelle, avec amour et acharnement... Vincent Lindon m’a fait le cadeau de sa puissance masculine, mais douce et apaisante. […] Grégoire Colin, c’est une autre sorte de masculinité. Son personnage est un filou instinctif qui veut jouer sa vie comme au casino : allez hop ! On va tout parier sur le rouge, ou sur le noir, une dernière fois. On verra bien... »

EXTRAITS DE PRESSE
À partir du 31 août.