La programmation du film LES AMANDIERS fait actuellement débat. Pour information, vous trouverez ci-joints les communiqués de presse du distributeur et des producteurs du film.
les communiqués

À partir du 15 novembre
EN AVANT-PREMIÈRE MARDI 15 NOVEMBRE, 20H30

Les Amandiers

FILM FRANÇAIS DE VALERIA BRUNI TEDESCHI | 2022 | 2H06 |
AVEC NADIA TERESZKIEWICZ, SOFIANE BENNACER, LOUIS GARREL
SÉLECTION OFFICIELLE, CANNES 2022

____________
Fin des années 80, Stella, Etienne, Adèle et toute la troupe ont vingt ans. Ils passent le concours d’entrée de la célèbre école créée par Patrice Chéreau et Pierre Romans au théâtre des Amandiers de Nanterre. Lancés à pleine vitesse dans la vie, la passion, le jeu, l’amour, ensemble ils vont vivre le tournant de leur vie mais aussi leurs premières grandes tragédies.

HORAIRES

mardi 20:30 AVP

vendredi 18:30 | 20:45
samedi 14:15 | 16:30 | 18:45 | 21:00
dimanche 14:15 | 16:30 | 18:45

mercredi 16:15 | 20:45
jeudi 16:15 | 20:45
vendredi 20:45
samedi 18:30
dimanche 14:30

vendredi 18:30 2=1 / BAR
samedi 18:45
dimanche 16:45
mardi 18:30 D

Dossier de presse
L'IMMANQUABLE
Valeria Bruni Tedeschi

Quand elle passe derrière la caméra, la comédienne Valeria Bruni Tedeschi (Il est plus facile pour un chameau, Un château en Italie, ...) parle presque toujours de son univers familial. Dans Les Amandiers, elle nous présente sa famille de théâtre : celle qu’elle s’est fabriquée à la fin des années 80 en intégrant l’école créée par Patrice Chéreau et Pierre Romans au théâtre des Amandiers de Nanterre. À partir de ses propres souvenirs, et de ceux de ses anciens condisciples, Valeria Bruni Tedeschi a construit une fiction tourbillonnante autour d’une troupe de jeunes comédien.ne.s aux prises avec les tourments de leur époque (politique, drogue, sida), leurs relations amoureuses et leurs rêves de brûler les planches. La réalisatrice explique : « Cette école a été fondatrice pour moi, dans mon travail et dans ma vie. Les gens que j’y ai rencontrés, les choses que j’y ai vécues, sont toujours fortement en moi. […] Il m’est difficile de résumer la manière de diriger de Chéreau (interprété par Louis Garrel dans le film), disons qu’il réfléchissait, il pensait, il travaillait beaucoup, beaucoup d’heures... S’il y a des mots qui résument ce que m’a apporté Patrice, ce sont peut-être les mots « exigence » et « acharnement ». Ces mots m’ont guidée tout au long de ma vie. Ils me guident encore aujourd’hui, et lorsque je m’en éloigne j’ai l’impression de trahir mon métier. Il aimait les personnages qui avaient des zones d’ombre. Il aimait passionnément les êtres humains et il aurait détesté être représenté comme une idole. L’irrespect était fondamental dans ses films et dans ses mises en scène. Par respect pour lui il fallait que je ne le respecte pas. […] On avait un défi, reformer une troupe, un peu comme la troupe qu’ils avaient formée avec nous dans les années 80. On ne cherchait pas les meilleurs, on cherchait des personnalités. Une fois que le choix définitif a été fait, on a encore répété un mois tous ensemble pour trouver notre méthode collectivement. La chose la plus importante pour moi, aujourd’hui, c’est que ces jeunes gens soient aimés par ceux qui verront le film autant que je les aime.»

EXTRAITS DE PRESSE
La cinéaste et actrice invoque l’héritage de Patrice Chéreau et regarde son passé pour mieux embrasser le présent dans un tourbillon de sentiments. L’un des plus beaux films de l’année. Les Inrockuptibles
Les apprentis comédiens jouent ensemble, s’aiment aussi, se disputent, se dévorent, font l’amour… On n’entre pas aux Amandiers comme dans n’importe quelle autre école. A ne pas manquer. Le Monde
Au-delà de cette déclaration d’amour exaltée au théâtre, le film touche par la fougue avec laquelle il représente la jeunesse. Magnifiquement interprété, sensuel, il est ponctué de scènes vibrantes. Le Parisien
Valeria Bruni Tedeschi met ses tripes et celle de ses acteurs sur la table, cherche le paroxysme tout le temps et le trouve à bon escient. Elle assure aussi avec le choix de ses superbes comédiens. L'Obs
Un vibrant récit d’apprentissage, en même temps que le portrait très réussi de ces années 1980, pleines de bruits et de fureur. La Croix
Mais ce qui se révèle le plus passionnant dans ce puzzle foisonnant où l’on crie, on pleure, on s’embrasse, on se hait et on s’adore en poussant toujours les curseurs à fond, est la réflexion sur la manière d’être comédien, de vivre ce métier décidément pas comme les autres. Première
S’il sera bien sûr question d’hommage et de célébration de la scène, d’amour des acteurs et de recherche d’intensité dramatique, Valeria Bruni-Tedeschi ménagera sans cesse un art du pas de côté qui lui fera tendre vers la légèreté et l’éloignera des passages obligés d’un biopic sur une poignée d’élus doués, jeunes et beaux. Libération
Il y a de la tragédie et du romanesque dans ces Amandiers qui célèbrent sans doute une façon révolue d’enseigner un art de l’interprétation lointainement cousin de l’Actor’s Studio new-yorkais. Quand l’appétit de jouer équivaut à celui de vivre. La Voix du Nord
S’inspirant de ses débuts comme actrice avec Patrice Chéreau, Valeria Bruni Tedeschi trouve la bonne mesure et la bonne distance pour filmer. Et capter la fièvre des corps et des cœurs chez ceux qui commencent à vivre (de) leur passion pour les planches. Les Fiches du Cinéma