Du 21 décembre au 3 janvier

VENDREDI 23 DÉCEMBRE, 18H séance suivie d’un échange avec Brigitte Hondermarck, spécialiste de l’impératrice Élisabeth d’Autriche.

Corsage

FILM AUTRICHIEN DE MARIE KREUTZER | 2022 | 1H53
AVEC VICKY KRIEPS, FLORIAN TEICHTMEISTER, KATHARINA LORENZ
PRIX DE LA MEILLEURE ACTRICE, UN CERTAIN REGARD - CANNES 2022

____________
Noël 1877, Élisabeth d’Autriche fête son quarantième anniversaire. Femme de l’Empereur François-Joseph Ier, elle n’a pas le droit de s’exprimer publiquement et doit rester éternellement la belle et jeune impératrice. Étouffée par ces conventions, avide de savoir et de vie, Élisabeth se rebelle de plus en plus contre cette image…

HORAIRES

mercredi 18:30
jeudi 16:30 | 20:45
vendredi 18:00 + RENCONTRE
mardi 18:30

mercredi 20:45
jeudi 16:15
vendredi 18:30
mardi 14:30 | 20:45 D

Dossier de presse
Dossier pédagogique
L'IMMANQUABLE
Marie Kreutzer

Noël 1877, Élisabeth d’Autriche fête son quarantième anniversaire. Femme de l’Empereur François-Joseph Ier, elle n’a pas le droit de s’exprimer publiquement et doit rester éternellement la belle et jeune impératrice. Étouffée par ces conventions, avide de savoir et de vie, Élisabeth se rebelle de plus en plus contre cette image…
Cette histoire vous rappelle quelque chose ? C’est celle de Sissi ! La réalisatrice Marie Kreutzer explique ce qui l’a amenée à faire « son » film sur le personnage historique popularisé par Romy Schneider dans la mythique trilogie de la fin des années 50 : « Je vis à Vienne depuis 1996 où son effigie inonde les étals des magasins de souvenirs. Sissi est une attraction touristique majeure de notre ville. La graine du projet a été semée par Vicky Krieps, qui m’a lancé un jour, « Et si tu faisais un film sur Sissi avec moi ? ». J’ai commencé à me documenter, sans trop savoir où j’allais. Je voulais juste savoir si quelque chose me toucherait, m’interpellerait. Et cela a été très vite le cas avec cette phase dans la vie d’Élisabeth, où elle a commencé à se rebeller contre le protocole, à se retirer et à s’isoler. C’était une période où il ne lui était manifestement plus possible de rentrer dans le corset de sa fonction. » L’actrice principale, récompensée à Cannes, poursuit : « le carcan dans lequel était enfermé mon personnage me bouleversait, j’ai essayé par mon jeu de rendre un peu de liberté à Élisabeth. Sur le tournage, je me disais : je lui offre à titre posthume ce qui lui était interdit. Fumer, faire un doigt d’honneur, se couper les cheveux. En tant qu’actrice, j’adore la confrontation et les surprises. Ainsi, je faisais le pitre lorsque j’étais hors-champ. C’était une manière d’expérimenter. Pour moi, la grande question qui dominait le tout était : que se passe-t-il quand nous ne faisons plus semblant ? »

EXTRAITS DE PRESSE
À partir du 14 décembre.