Samedi 4 septembre

2=1 « TERREURS MADE IN FRANCE »

DEUX FILMS POUR LE PRIX D'UN !
AVEC LA NUÉE (20H30) + TITANE (22H45)
LE BAR DE DSN EST OUVERT DE 20H À 22H45.
BOISSONS ET PETITE RESTAURATION POSSIBLE.

Titane

FILM FRANÇAIS DE JULIA DUCOURNAU | 2021 | 1H48
AVEC VINCENT LINDON, AGATHE ROUSSELLE
PALME D'OR, CANNES 2021

Une jeune danseuse érotique a la particularité d'avoir un implant en titane dans le crâne suite à un accident de voiture. Prise de pulsions meurtrières, elle va croiser la route d'un pompier inconsolable depuis que son fils unique a disparu dix ans auparavant…
Interdit aux moins de 16 ans
AUTRE SÉANCE : VENDREDI 3 À 20H45

HORAIRES

1er > 7 SEPTEMBRE
vendredi 20:45
samedi 22:45 2=1 | D

EXTRAITS DE PRESSE

Un film viscéral, puissant, férocement féministe, qu'il convient de découvrir en en sachant le moins possible. L'Humanité
Julia Ducournau signe un puissant film de genre et transgenre, à l'image claire-obscure comme les flammes. Le Monde
Ducournau ne s'interdit rien, et nous embarque dans sa narration coûte que coûte, confirmant, implacable, qu'il faut désormais compter avec son cinéma. Le Point
Julia Ducournau y apporte ses propres interrogations, en mode trash, sur la féminité, la maternité, le genre, le corps… et même l'amour. Les tabous, eux, ne résistent pas longtemps à la force du titane. La Voix du Nord
Avec son deuxième long-métrage, Titane, le commandant Ducournau envoie tout balader, conventions, bon goût, vraisemblance et bienséance, pour dérouler avec furie son film qui ne ressemble à aucun autre — ou plutôt si : à plein d'autres, mais jamais combinés de cette manière. Les Inrockuptibles
Chaque séquence — plusieurs réclament d'avoir le cœur bien accroché — hurle sa foi dans la puissance de la mise en scène, avec une cinéaste qui ose se poser en nouveau démiurge, capable de faire fusionner des matières contraires, métal, cambouis, flammes et larmes. Télérama
Du sang, du gore, des corps martyrisés, du sexe cru : « Titane » est choc incarné par l'actrice Agathe Rousselle, impressionnante au milieu d'une mise en scène nerveuse, très belle, spectaculaire et parfois drôle. Le Parisien
Julia Ducournau signe un film riche, puissant, violent, dont la radicalité n'est pas là pour épater la galerie mais bien pour délimiter les contours d'un univers noir comme l'enfer. Première
Du cinéma mutant qui triture les genres, les corps et les identités. Forcément instable mais toujours passionnant. CinemaTeaser
De l'humour de « Grave », il reste les cendres. « Titane » est le cantique de deux âmes mortes réfugiées dans une caserne de pompiers pour fuir un monde qui ressemble à un clip de Snoop Dogg signé Bernard de la Villardière. Et l'affirmation d'une cinéaste qui vomit le tiède et croit, au-delà de la raison, aux puissances du cinéma. Le Nouvel Observateur