Samedi 30 octobre

2=1 « MATHIEU AMALRIC »

DEUX FILMS POUR LE PRIX D'UN !
AVEC SERRE MOI FORT(20H45) + TRALALA (23H)
LE BAR DE DSN EST OUVERT DE 20H15 À 22H30.
BOISSONS ET PETITE RESTAURATION POSSIBLE.

Tralala

FILM FRANÇAIS D'ARNAUD & JEAN-MARIE LARRIEU | 2021 | 2H
AVEC MATHIEU AMALRIC, JOSIANE BALASKO, MÉLANIE THIERRY
SÉLECTION OFFICIELLE, CANNES 2021

Tralala, un chanteur de rue, quitte Paris pour Lourdes dans l'espoir de retrouver une inconnue dont il est tombé amoureux. La jeune femme ne se souvient pas de lui mais une émouvante sexagénaire croit reconnaître en lui son propre fils disparu vingt ans avant aux États-Unis. N'ayant rien à perdre, Tralala décide d'endosser ce « rôle »…
AUTRES SÉANCES : DU 27 OCTOBRE AU 2 NOVEMBRE

HORAIRES

27 OCTOBRE > 2 NOVEMBRE
mercredi 18:30
jeudi 20:45
vendredi 18:30
samedi 23:00 2=1
dimanche 18:30
mardi 20:45

EXTRAITS DE PRESSE

une œuvre colorée, aérienne et poétique dominée par le talent d'un Mathieu Amalric touchant et attachant. L'Humanité
Une comédie musicale miraculeuse au casting parfait. Télérama
Une comédie musicale de pure fantaisie, avec apparition providentielle et guérison. Le Monde
Tralala est un film qui a la grâce. Musical, bigarré, impur, un moment de bonheur qui culmine dans une scène de boîte de nuit, magique et onirique. Les Inrockuptibles
Léger, profond, totalement perché… Jubilatoire. Le Parisien
L'esprit de Jacques Demy souffle sur cette comédie musicale tendre et déjantée tournée à Lourdes et orchestrée par le gratin de la chanson française. La Croix
Réinvention de la famille, hédonisme amoureux, jeu de masques (que les comédiens retirent pour chanter) : le film rêvé pour envoyer paître les gestes barrières. Le Nouvel Observateur
Avec ses chansons composées notamment par Philippe Katerine, Bertrand Belin et Dominique A, son humour absurde et sa méditation cocasse sur les faux-semblants familiaux, Tralala, malgré ses longueurs, entraîne le spectateur dans sa fantaisie surréaliste. Marianne
Le grand genre aimé de la comédie musicale, Tralala le ramène à trois notes génériques qui valent pour tout refrain. Royaume de l'arrangement (des situations, des morceaux) et de la bande-démo, le musical des Larrieu part d'un impossible "retour d'entre les morts" pour organiser en fanfare, "ensemble" (dernier mot du film), un vrai départ. Cahiers du Cinéma