Du 6 au 12 octobre

Drive My Car

DORAIBU MAI KÂ
FILM JAPONAIS DE RYUSUKE HAMAGUCHI | 2021 | 2H59
AVEC HIDETOSHI NISHIJIMA, TOKO MIURA, MASAKI OKADA
D'APRÈS L'ŒUVRE DE HARUKI MURAKAMI
PRIX DU SCÉNARIO, CANNES 2021

Alors qu'il n'arrive toujours pas à se remettre d'un drame personnel, Yusuke Kafuku, acteur et metteur en scène de théâtre, accepte de monter Oncle Vania dans un festival, à Hiroshima. Il y fait la connaissance de Misaki, une jeune femme réservée qu'on lui a assignée comme chauffeure. Au fil des trajets, la sincérité croissante de leurs échanges va les obliger à affronter leurs passés respectifs…

HORAIRES

6 > 12 OCTOBRE
mercredi 15:30 | 20:45
samedi 20:45
dimanche 14:15
mardi 20:45 D

Dossier de presse
fiche AFCAE (4 pages)
EXTRAITS DE PRESSE

Un des plus beaux films à découvrir sur les écrans en cette fin d'été. Marianne
Un film qui résonne indirectement avec le vécu intime de chacun·e et qui risque de briller longtemps dans la nuit noire de notre inconscient chaviré. Les Inrockuptibles
Un metteur en scène et sa jeune chauffeuse. Leurs échanges, de plus en plus intimes, les confrontent au passé, réparent leurs blessures. Splendide. Télérama
La beauté de Drive My Car réside dans sa manière de donner chair à une série d'abstractions et de dispositifs purement théoriques, d'employer toutes sortes d'éléments du médium cinéma pour leur faire dégorger leur sensualité autonome et en faire les instruments d'une vérité singulière. Le Monde
Il y a l'ampleur, la profusion, la profondeur de champ d'un grand roman dans le film d'Hamaguchi, épopée en voiture individuelle où s'engouffre bien plus encore, au gré des nombreuses bifurcations dont son récit a le goût, entre lesquelles il fraie peu à peu un dédale de chemins imprévisibles et néanmoins limpides. Libération
Déjà lauréat, en mars, du grand prix du jury de la Berlinale 2021 pour Wheel of Fortune and Fantasy, le réalisateur japonais a reçu, lors du dernier Festival de Cannes où il faisait figure de favori de la presse internationale, le prix du scénario. Une récompense largement méritée qui vient saluer la minutie et la finesse de l'écriture de son Drive My Car (...). L'Humanité
L'œuvre, limpide et cristalline, dit toute la douleur d'une vie brisée. Le Nouvel Observateur
Scrutant comme personne les relations humaines et les rapports amoureux, Hamaguchi nous fait chavirer avec son sens de la mise en scène, chaque plan s'avérant ciselé, émouvant et éblouissant, et servi à merveille par de magnifiques comédiens - mention spéciale à la jeune Toko Miura, qui campe avec une étonnante justesse l'intrigante Misaki. Le Parisien
Le Japonais Ryusuke Hamaguchi embarque un metteur en scène et sa chauffeuse dans une Saab rouge et signe un film éblouissant sur le deuil et le pouvoir des mots. La Croix