Du 15 au 28 juin

LE GNCR FÊTE SES 30 ANS ! (ET DSN AUSSI)

Depuis 30 ans, le Groupement National des Cinémas de Recherche s'engage pour que vivent la cinéphilie en salles et la découverte des oeuvres les plus exigeantes et inattendues du cinéma mondial. Depuis 30 ans, il joue ce rôle précieux de passeur des films les plus singuliers, les plus innovants, parfois les plus déroutants. Son action permet à ses adhérents (dont DSN) de découvrir ces films, qui disposent bien souvent de peu de moyens de promotion et de les faire exister auprès du public.
Pour célébrer cet anniversaire, qui coïncide avec celui de la création du label des Scènes Nationales, nous vous proposons deux films du moment soutenus par le GNCR et un film emblématique du cinéma de « recherche » : le fabuleux et mystérieux Gerry de Gus Van Sant.

https://www.gncr.fr

Mercredi 15 juin, 20h45

EN VERSION NUMÉRIQUE

Gerry

FILM AMÉRICAIN DE GUS VAN SANT | 2002 | 1H43
AVEC CASEY AFFLECK, MATT DAMON

Deux hommes traversent en voiture le désert californien. Persuadés d'atteindre bientôt leur but, ils décident de terminer leur périple à pied. Mais ils ne trouvent pas ce qu'ils sont venus chercher et ils ne sont même plus capables de retrouver leur voiture…
« Gerry n'est pas tant un film expérimental qu'une expérience sensorielle, saisissante de splendeur plastique (...) Gerry est de ces grands films mystérieux qui proposent un sens sans jamais l'imposer. » Le Monde

EXTRAITS DE PRESSE

Histoire de deux types perdus dans le désert, Gerry est un poème épique moderne. Les Inrockuptibles
c'est toute la force du film : que l'artifice soit avoué, et que celui qui a mis en place ce dispositif se comporte (...) en guide pour cette inquiétante balade dont on se doute assez vite qu'elle se terminera au plus mal. L'Humanité
Le geste Gerry (...) est un film borne. Tel Ten de Kiarostami, avec le même souci du récit qui les distingue irrémédiablement des vidéastes, Gerry, dans un geste virtuose, réinvente le cinéma et l'idéalise, cité perdue et terre d'exil. Le Monde
un film généreusement hybride, d'abord drôle et absurde, puis tout à la fois abstrait, sensoriel et épique (...) pour peu qu'on aime interpréter l'inexpliqué, Gerry est un film de rêve, ouvert à toutes les spéculations romanesques, existentielles, allégoriques. Télérama
Porté par une liberté et une indépendance des plus remarquables, Gerry est (...) tout simplement un des plus beaux films qu'on ait pu voir depuis des lustres. Fluctuat.net
Le film de Van Sant montre avant tout deux personnages prisonniers de la limpidité de la lumière (limpidité qui est aussi pianistique, si l'on songe à la fluidité des musiques de Pärt et de Beethoven). Première
Devant ces grands blocs de durée, on se doute que Gus Van Sant s'expose au reproche de formalisme. Or Gerry, comme Elephant, est un film bouleversant (...) ce qui rend Gerry encore plus attachant dans l'oeuvre de GVS est que celui-ci se débarrasse de tout attirail pour se concentrer sur son unique sujet : l'amitié. Cahiers du Cinéma