Du 27 janvier au 8 février

Licorice Pizza

FILM AMÉRICAIN DE PAUL THOMAS ANDERSON | 2021 | 2H13
AVEC ALANA HAIM, COOPER HOFFMAN, SEAN PENN, BRADLEY COOPER

L'histoire d'Alana et Gary, deux adolescents qui grandissent, s'égarent et tombent amoureux dans la Californie des années 70.
« Paul Thomas Anderson, longtemps considéré comme un héritier de Robert Altman, par son cynisme et sa causticité, réussit sa conversion à la douceur, et signe la plus insolite, la plus inattendue des comédies romantiques. » Télérama

HORAIRES

jeudi 16:30
vendredi 14:30
samedi 20:45
dimanche 18:30
mardi 14:15 | 16:30 | 20:45

vendredi 18:00
samedi 16:00 | 20:45
dimanche 18:30
mardi 18:00 D

EXTRAITS DE PRESSE

Dans un long métrage virevoltant, Paul Thomas Anderson conte l'histoire d'amour de deux adolescents, portés par des acteurs éblouissants. Le Monde
Comédie romantique aussi folle que tendre, réalisée en roue libre par un cinéaste qui manie la mélancolie comme personne, « Licorice Pizza » est de ces films qui laissent une curieuse impression douce-amère à la sortie de la salle… Le Parisien
Anderson assume totalement la fiction, tout en y installant une importante dose d'effets du réel. Émerge également une subtile métaphore autour des valeurs revendiquées du capitalisme états-unien et de l'enrichissement individuel qui considère le travail infantile comme potentiellement émancipateur. L'Humanité
C'est toute la beauté de « Licorice Pizza » que de chroniquer ainsi la ville en épousant les sautes d'humeur et poussées d'hormones de Gary et Alana. Le Nouvel Observateur
Hymne à l'enfance et à une Amérique de tous les possibles, ce film virtuose déjoue toutes les conventions du genre pour nous entraîner dans une balade poétique et fantaisiste au charme nostalgique tenace. La Croix
Étrange, foutraque, insaisissable... Licorice Pizza est à l'image de cette ville extraordinaire, guirlande de lumières bigarrées, posée au bord du Pacifique. Cette Licorice Pizza ressemble surtout à son titre, énigmatique, monstrueux et canaille. Positif
Licorice Pizza sera donc un film de pur plaisir, loin des casse-tête métaphysiques parfois intimidants dont son auteur avait fini par se faire une spécialité, une balade seventies donnant l'impression d'avoir été tourné les mains dans les poches, un sourire rêveur aux lèvres. Première
Moins intense que Phantom Thread, moins déstructuré qu'Inherent Vice, moins fou que The Master, Licorice Pizza est sans doute à fois le plus aérien, le plus charmeur et le plus trivial de tous les films de PTA. Les Inrockuptibles
Licorice Pizza ruisselle de nostalgie luisante, semblant reconstituer l'expérience d'une totalité perdue, en même temps qu'il s'en libère à chaque plan, laissant l'âge d'or chelou qu'il arpente retourner au néant qu'il remue. Libération
Licorice Pizza vous laisse dans un état de sidération douce et paradoxale. Douce en raison de la douceur du film lui-même (...) se déployant ici, sous les atours d'une romance légère et vintage, avec une limpidité nouvelle et bienfaisante (...) Paradoxale, tant on ne sait trop ce qui sidère ici, de la maîtrise d'un cinéaste sûr de son geste comme jamais, ou de la simplicité désarmante qui en est devenue l'horizon. Cahiers du Cinéma