LES 19 & 23 AOÛT
MARDI 23 AOÛT
2=1 « JULIETTE BINOCHE »
DEUX FILMS POUR LE PRIX D'UN
AVEC OUISTREHAM (20H30) & UN BEAU SOLEIL INTÉRIEUR (22H30)

Un Beau Soleil Intérieur

FRANÇAIS DE CLAIRE DENIS | 2017 | 1H35
AVEC JULIETTE BINOCHE, XAVIER BEAUVOIS, NICOLAS DUVAUCHELLE
PRIX SACD – QUINZAINE DES RÉALISATEURS, CANNES 2017

Isabelle, la cinquantaine rayonnante, est divorcée et mère d’un enfant. Malgré ses échecs sentimentaux, elle ne perd pas espoir. Elle cherche l’amour auprès de Vincent, un banquier veule et odieux, de Fabrice, un galeriste prétentieux et méprisant...

HORAIRES

17 > 23 AOÛT
vendredi 16:30
mardi 22:30 2=1 | D

EXTRAITS DE PRESSE
Dans sa superbe et toute première comédie romantique, Claire Denis place Juliette Binoche au cœur d’un étourdissant ballet de prétendants. Libération
Jamais peut-être dans un film de Claire Denis on n’avait entendu autant de mots. Écrit en binôme avec Christine Angot, Un beau soleil intérieur est probablement son film le plus volubile, le plus drôle aussi. Cahiers du Cinéma
"Un beau soleil intérieur" n’est pas un examen triste ou déceptif des émois du cœur – il est d’ailleurs important de souligner sa grande légèreté, assez éloignée des univers habituels de ses deux auteures – car il définit un lieu salutaire de sauvagerie qui échappe aux rapports de classe, à la marchandisation, à ce qui est quantifiable et contrôlable. Les Inrockuptibles
Une Juliette Binoche au sommet de la générosité se livre à cette élégante chorégraphie, campée dans des cuissardes aux talons aiguilles à se flanquer le vertige, mèches brunes en batailles dérangées, larmes d’Auguste et sourires de qui maîtrise à tous vents les mouvements conjoints de l’abordage et de l’autosabordage. L'Humanité
Fait de rencontres avortées, de discussions qui vont à vau-l'eau et de divagations ordinaires, "Un beau soleil intérieur" doit beaucoup à ses acteurs – on croise aussi Philippe Katerine chez le poissonnier ou Bruno Podalydès en galeriste dragueur –, tous inspirés par la prose d'Angot. Le Nouvel Observateur
Pour incarner Isabelle, Juliette Binoche semble y avoir mis tout son coeur : de l'exaltation à l'abattement, elle crève l'écran dans tous les registres, serrée de très près par la caméra de Claire Denis qui ose tout. Le Parisien