21 > 27 octobre

Les Apparences

FILM FRANÇAIS DE MARC FITOUSSI | 2020 | 1H50 |
AVEC KARIN VIARD, BENJAMIN BIOLAY, LUCAS ENGLANDER
D'APRÈS UN ROMAN DE KARIN ALVTEGEN

Vienne, ses palais impériaux, son Danube bleu et… sa communauté française. Jeune couple en vue, Ève et Henri, ont tout pour être heureux. Lui est le chef d'orchestre de l'Opéra, elle travaille à l'Institut français. Une vie apparemment sans fausse note, jusqu'au jour où Henri tombe sous le charme de l'institutrice de leur fils...

HORAIRES
21 > 27 OCTOBRE

mercredi 17:30
samedi 18:30
mardi 16:15 D

EXTRAITS DE PRESSE

Jouant à saute mouton avec lesgenres, Marc Fitoussi (Copacabana, Pauline détective) engage d'abord son film sur les rails d'une étude de mœurs à la Chabrol, avant de le faire dévier vers le film noir à la Clouzot (Les Diaboliques), mâtiné de quelques scènes que n'aurait pas reniées Hitchcock. Le Monde
Finement mis en scène, ce thriller psychologique soigne son atmosphère trouble et ses effets de surprise. [...] On pense parfois à Ophuls (pour les apparences, justement), un petit peu à Chabrol (la bourgeoisie, mais pas tant que ça), et surtout à Paul Verhoeven, en plus feutré, plus léger. Les Inrockuptibles
Le réalisateur de Copacabana excelle dans l'observation chabrolienne du théâtre social, et réussit une comédie grinçante. Télérama
C'est plein de malice, émaillé de clins d'œil discrets à Hitchcock et à De Palma, et porté par une Karin Viard souveraine en néo-bourgeoise dont le vernis de respectabilité se craquelle à mesure qu'elle cherche à sauver la face. Le Nouvel Observateur
Le ticket Karin Viard- Benjamin Biolay était en l'occurrence la configuration idéale, d'autant que le scénario, en prenant à mi-chemin un tour plus noir, invite les deux acteurs à développer un second souffle qui accélère le rythme et ajoute à leur performance. Sacrée partition ! Le Parisien
Un film prenant aux effluves chabroliennes autour de personnages prêts à tout pour ne pas perdre la face… et leur rang. Première
On ne s'ennuie assurément pas en découvrant Les apparences, une fiction à la fois cocasse et grinçante qui rappelle que les personnages infréquentables, sur le grand écran, sont parfois les plus passionnants. Marianne
Dans cette chronique chabrolienne délicieusement amorale et cynique, Karin Viard joue à la perfection la comédie des faux semblants et prouve une nouvelle fois qu'elle est une grande actrice avec un personnage d'épouse bafouée, mais prête à toutes les bassesses pour sauver son honneur. Le Journal du Dimanche