23 > 29 Juin

Des Hommes

FILM FRANÇAIS DE LUCAS BELVAUX | 2021 | 1H41
AVEC GÉRARD DEPARDIEU, JEAN-PIERRE DARROUSSIN, CATHERINE FROT
SÉLECTION OFFICIELLE, CANNES 2020

Ils ont été appelés en Algérie au moment des "événements" de 1960. Deux ans plus tard, Bernard, Rabut, Février et d'autres sont rentrés en France. Ils se sont tus, ils ont vécu leurs vies. Mais il suffit de presque rien, d'une journée d'anniversaire, d'un verre de trop, pour que quarante ans après, le terrible passé ressurgisse…
« Pour ceux qui en sont revenus, cette guerre ne s'est jamais terminée parce qu'on ne l'a jamais nommée, jamais considérée comme telle. Comme s'ils ne s'étaient jamais battus. (…) On dit souvent que les anciens d'Algérie n'ont pas raconté, je crois surtout que personne ne voulait les entendre. » Lucas Belvaux

HORAIRES
23 > 29 JUIN

mercredi 18:30
jeudi 16:15
vendredi 14:30 | 20:30
dimanche 18:30
mardi 18:30 D

Dossier de presse
Dossier pédagogique
EXTRAITS DE PRESSE

Une narration virtuose. Télérama
Adaptation fidèle du roman, Des hommes repose sur des acteurs impressionnants dont les voix en disent autant que les visages, filmés en gros plan : Catherine Frot et Jean-Pierre Darroussin, tout en retenue, Gérard Depardieu, montagne de douleur tue et de colère rentrée, dans un registre dramatique qu'il n'avait pas abordé depuis longtemps. L'Humanité
Magnifique, le long-métrage sonde l'expérience de ces individus et leurs stigmates, intimes et collectifs. Le Parisien
Lucas Belvaux signe un film fort sur la guerre d'Algérie, sur le mal qu'elle a fait aux appelés qui y ont combattu, leur vie qui commençait à peine, leur famille en France qui n'y a rien compris. La Voix du Nord
Lucas Belvaux signe une très belle adaptation du roman de Laurent Mauvignier sur les traces qu'a laissées le conflit algérien dans la mémoire des appelés. La Croix
Un film fiévreux sur la France et ses contradictions. Marianne
L'image de Belvaux est si juste, si nette, qu'elle ne distingue pas le passé du présent, tous deux comme enlisés dans un bourbier. Le Nouvel Observateur
Lucas Belvaux reste dans son cinéma de l'humanité. Et ça marche toujours aussi bien. Ouest France