LES 13 & 15 AOÛT

Antoinette dans les Cévennes

FILM FRANÇAIS DE CAROLINE VIGNAL | 2020 | 1H37
AVEC LAURE CALAMY, BENJAMIN LAVERNHE, OLIVIA CÔTE
Meilleure actrice, Césars 2021

Des mois qu'Antoinette attend l'été et la promesse d'une semaine en amoureux avec son amant, Vladimir. Alors quand celui-ci annule leurs vacances pour partir marcher dans les Cévennes avec sa femme et sa fille, Antoinette ne réfléchit pas longtemps : elle part sur ses traces ! Mais à son arrivée, point de Vladimir, seulement Patrick, un âne récalcitrant qui va l'accompagner dans son singulier périple…

HORAIRES
11 > 17 AOÛT

vendredi 20:45
dimanche 17:00 D

Dossier de presse

EXTRAITS DE PRESSE

La comédie la plus réussie de cette rentrée et un joli néo-western féministe. Les Inrockuptibles
Un film d'altitude qui fait du bien. Le Nouvel Observateur Caroline Vignal signe un récit d'émancipation hilarant, dissimulé sous un vaudeville en milieu rural. Le Monde
Sélectionné par le Festival de Cannes 2020, ce film pétillant brosse le portrait d'une femme à fleur de peau, fragile et déterminée, libre surtout. Le Parisien
Dans cette comédie réjouissante de Caroline Vignal, Laure Calamy déploie toute la palette de son talent dans le rôle attachant de cette Antoinette qui part randonner avec un âne dans les Cévennes, sur les traces de son amant (et de Stevenson), pour mieux se retrouver elle-même. La Croix
Cette comédie délicieuse et mélancolique offre le plus beau rôle de sa carrière à l'excellente Laure Calamy et s'impose comme l'une des belles surprises de la rentrée du côté du cinéma français. Marianne
Quel bonheur que cette comédie qui nous garde encore la tête dans l'été grâce à ses paysages ensoleillés et nous fait hurler de rire avec son héroïne qui ne baisse jamais les bras malgré les embûches du chemin et de la vie ! Le Journal du Dimanche
La cinéaste joue d'expérience, bien qu'elle ait peu tourné, comme on l'a vu : du moins peut-on conclure de la découverte de ce tardif second long qu'elle a beaucoup vécu et observé. La trouvaille de Laure Calamy dans le premier rôle fait le reste. C'est peu dire qu'elle est démente. Libération
Un film qui n'a jamais peur de ses émotions et dont la sensibilité extrême et riche en éclats de rire comme en crises de larmes ne verse à aucun moment dans la sensiblerie. Espérons que Caroline Vignal ne nous laisse pas encore vingt ans sans nouvelles ! Première
Les situations cocasses s'enchaînent et l'on rit beaucoup, mais le second long métrage de Caroline Vignal ne s'arrête pas au comique de ridicule. Le Point