Rencontre avec Jean-Pierre Sageot, photoreporter rouennais qui a notamment couvert l'après Tsunami au Sri Lanka, les manifestations des Gilets Jaunes...

Histoire d'un regard

FILM DOCUMENTAIRE FRANÇAIS DE MARIANA OTERO | 2019 | 1H33 |

Alors qu'il est au sommet d'une carrière fulgurante, le photographe Gilles Caron disparaît brutalement au Cambodge en 1970. Il aura été l'un des témoins majeurs de son époque en couvrant la guerre des Six Jours, mai 68, le conflit nord-irlandais ou encore la guerre du Vietnam. La réalisatrice Mariana Otero se plonge dans ses 100 000 clichés pour lui redonner une présence et raconter l'histoire de son regard si singulier…
« Ce travail obsessionnel, qui décortique les images, et donc les idées et les réflexes d'un photoreporter projeté dans l'actualité, est sidérant. » Le Figaro


HORAIRE
DIMANCHE 8 MARS, 16H45

Dossier de presse


EXTRAITS DE PRESSE

Un documentaire d'une puissance émotionnelle rare. Les Inrockuptibles
Par un beau travail de voix off, la réalisatrice retrace les enjeux et le déroulement des situations, en partant toujours des images, de ce qu'elles montrent, de ce qu'elles oblitèrent. Le Monde
Pourquoi et comment le photographe Gilles Caron est devenu en six ans une star du photojournalisme, avant de se « crasher en vol » en 1970, à 30 ans. Mariana Otero fait revivre les événements en analysant ses planches contacts. L'Humanité
[Un] très bouleversant retour sur une figure à la fois élégante et discrète du photojournalisme tombé pour l'image, victime de l'info. Libération
Une immersion passionnée dans l'œuvre du photoreporteur Gilles Caron, disparu au Cambodge à 30 ans, en 1970. Télérama
Film magnifique et bouleversant, vibrant tombeau brodé de silence, au montage somptueux de délicatesse, cette Histoire d'un regard mêle celui, perdu, de Gilles Caron et celui, si intense, de Mariana Otero, au long d'un monologue de murmure ému. La Croix
Grand film sur la contextualisation de toute image, sur leur poids politique et l'inévitable responsabilité éthique qui en découle, où l'arrêt sur image devient aussi affaire de morale, "Histoire d'un regard" se fait également plus intime et poétique […]. Positif
Pour Mariana Otero, décortiquer celles de Gilles Caron équivaut à réparer un lien perdu, les photos devenant son miroir à elle et par la même occasion, le nôtre. Cahiers du Cinéma