15 > 21 JANVIER

FESTIVAL TÉLÉRAMA

Une sélection des meilleurs films de 2019, à découvrir ou à revoir. Présentez à l'accueil de DSN, dûment rempli, le pass pour deux personnes que vous trouverez dans Télérama ou sur le site du magazine. Vous recevrez en échange une carte qui vous permettra de bénéficier du tarif de 3,50 € par personne et par séance (tarifs habituels sans le pass).

Martin Eden

FILM ITALIEN DE PIETRO MARCELLO | 2019 | 2H08
AVEC LUCA MARINELLI, JESSICA CRESSY, CARLO CECCHI
D'APRÈS LE ROMAN DE JACK LONDON
Prix d'interprétation masculine, Venise 2019

À Naples, au XXe siècle, le parcours initiatique de Martin Eden, un jeune marin prolétaire et philosophe, dans une époque traversée par la montée des grands mouvements politiques…


HORAIRES
16 & 21 JANVIER

jeudi 14:15
mardi 20:45 D



EXTRAITS DE PRESSE

Une adaptation exaltante du roman de Jack London. Télérama
Le charme ne se rompt jamais, entraînant le spectateur dans une danse poétique qui ne trahit rien du message politique de London. Enfin, Luca Marinelli, belle présence virile, déjà vu dans "Mauvaise Graine" de Claudio Caligari (2015), est absolument parfait dans le rôle de Martin. Les Inrockuptibles
ce qu'il y a de plus beau dans le "Martin Eden" de Pietro Marcello, [...] ce sont toutes les idées de cinéma qui accouchent d'une danse magnifique et ratée, d'une rencontre qui n'a pas eu lieu, celle de son héros avec le monde. Libération
L'universel de l'œuvre ne se démontre que dans cette structure ­démantelée où Martin Eden vagabonde sur une autre terre, dans une autre langue pourtant dans la même radicalité devant l'absurde insuffisance d'une bourgeoisie qui n'éclaire que ce qu'elle comprend et achète. L'Humanité
Tragédie de l'hypocrisie d'ici-bas, portée par une nostalgie universelle, "Martin Eden" s'inscrit dans la lignée du cinéma italien qui marie satire sociale et passions individuelles. Positif
Arrimé aux yeux bleu azur de Luca Marinelli, prix d'interprétation à la Mostra, « Martin Eden » vibre de nos désillusions éperdues. Le Nouvel Observateur
Avec des musiques et des images d'archives surprenantes, Pietro Marcello construit un film d'époque à la fois original et moderne qui gagne en majesté et en intensité au fil des étonnements. Le Journal du Dimanche