Gloria Mundi

FILM FRANÇAIS DE ROBERT GUÉDIGUIAN | 2019 | 1H46 | | AVEC ARIANE ASCARIDE, JEAN PIERRE DARROUSSIN, ANAÏS DEMOUSTIER, GÉRARD MEYLAN | Prix d'interprétation féminine, Venise 2019

Daniel sort de prison où il était incarcéré depuis de longues années et retourne à Marseille. Son ex-femme l'a prévenu qu'il était grand-père : leur fille vient de donner naissance à une petite Gloria…
« Guédiguian a construit une dramaturgie intense, qui assemble comme dans un tour de passe-passe monstrueux les éléments de la misère moderne – de l'ubérisation à l'obsolescence programmée. Dans cette machine infernale, il précipite ses personnages sur un rythme angoissant qu'on ne lui connaissait pas jusqu'ici. » Le Monde


HORAIRES

mercredi 16:30 | 18:30 | 20:45
jeudi 17:00 | 20:45
vendredi 16:30 | 18:30
samedi 14:30 | 21:00
mardi 16:30 | 20:45

mercredi 14:30 | 16:30 | 18:30 | 20:45
dimanche 19:00
mardi 16:30 | 18:30 | 20:45

jeudi 16:30 | 20:45
vendredi 16:00 | 20:45
samedi 18:30
dimanche 14:30 | 18:30 D


Dossier de presse


EXTRAITS DE PRESSE

Emouvant et nécessaire. Marianne
Un terrible mélodrame social. Télérama
Gloria Mundi, d'une incroyable intensité, est un uppercut. L'Express
Tout ce qui constitue la veine mélancolique du cinéma de Robert Guédiguian - une manière bien à lui de conférer à ses drames sociaux une dimension mélodramatique, parfois teintée de film noir -, est porté dans Gloria Mundi à un degré bouleversant. Libération
Gloria Mundi frappe fort et juste en montrant à quel point la rationalité économique, vouée à tout envahir, s'infiltre désormais jusqu'au noeud des relations familiales, au dernier degré de l'intime. Le Monde
Un homme revient chez lui après des années passées en prison. Lumières, immeubles arrogants, tout a changé. Mais pas seulement la ville : quelque chose comme un bonheur de vivre ensemble n'est plus. L'Humanité
Avec ce récit effrayant et bouleversant, sur le mode mélodramatique qui est le sien, Guédiguian décrit un monde qui va, ou même qui touche déjà, à sa perte. Un monde si perturbé que seul un homme providentiel pourra le reconstruire. Mais l'amertume de Guédiguian demeure. Il cite souvent cette phrase de La Vie de Galilée de Brecht : "Malheur aux peuples qui ont besoin de héros". Les Inrockuptibles
Chez Guédiguian, il y a les films de réparation, mus par une croyance dans les solidarités instinctives, et il y a les films, comme Gloria Mundi, dont la noirceur tragique, le désespoir et la colère ne trouvent une rémission que dans de rares épiphanies. Cahiers du Cinéma
Au-dessus de cette humanité blessée, il y a la musique envoûtante de Ravel inspirée d'un conte de Perrault. Tout se rejoue et se déjoue perpétuellement. C'est magnifique. Première