Hotel by the river

GANG BY UN HOTEL

FILM SUD-CORÉEN DE HONG SANG-SOO | 2020 | 1H36 | AVEC KI JOO-BONG, MIN-HEE KIM, HAE-HYO KWON | PRIX D'INTERPRÉTATION MASCULINE, LOCARNO 2018

Un vieux poète, qui loge dans un hôtel au bord d'une rivière, fait venir ses deux fils, pensant que sa fin est proche. Lieu de retrouvailles familiales, l'hôtel est aussi celui d'un désespoir amoureux : une jeune femme trahie par l'homme avec qui elle vivait vient y trouver refuge et demande à une amie de la rejoindre…
« Le cinéma de Hong Sang-soo traque inlassablement la vérité nichée au coeur de toute vie humaine. Comment mieux désigner l'enjeu même de ce cinéma : rendre visible, ne fût-ce qu'une seconde, ne fût-ce que de façon très incertaine, l'âme humaine ? » Mediapart

HORAIRES
5 > 11 AOÛT

mercredi 20:30
jeudi 17:30
mardi 17:30 | 20:30 D

Dossier de presse

EXTRAITS DE PRESSE

Un beau film nocturne Libération
L’infatigable réalisateur coréen réussit un nouveau grand film existentiel. Télérama
Le cinéaste mène de somptueuses études plastiques sur les contrastes ou les matières du noir et blanc. Le Monde
Or, si le film est conforme à son style habituel, on est déçu en bien par cette œuvre mélancolique et hivernale qui élude toute intrigue amoureuse pour tisser deux trames parallèles où affleurent les questions de la mort et de la rupture. L'Humanité
Les personnages de Hong Sang-soo ne sont plus que des surfaces sensibles sur lesquelles s'impriment des sensations, des images [...] Le monde est un jardin de beautés ténues, qu'une intrigue trop imposante viendrait affaiblir [...] Comme si toutes les actions et tous les gestes étaient engourdies, ensevelies par la neige qui recouvre tout, nivelle les existences (humaine, animale, végétale). Les Inrockuptibles
La neige ne tombe jamais par hasard, du moins au cinéma. Dans le noir et blanc de Hotel by the River, elle constitue l’aplat sur lequel se détachent des figures ambigües, le doux tapis qui amortit les sentiments. Cahiers du Cinéma