EN AVANT-PREMIÈRE MARDI 8 MAI, 19H

SÉANCE PRÉCÉDÉE DE LA RETRANSMISSION EN DIRECT DE LA CÉRÉMONIE D’OUVERTURE DU FESTIVAL DE CANNES 2018.

Everybody Knows

Todos lo Saben

FILM ESPAGNOL D'ASGHAR FARHADI (2017–2H10)
AVEC PENÉLOPE CRUZ, JAVIER BARDEM, RICARDO DARIN
SÉLECTION OFFICIELLE, FILM D’OUVERTURE, CANNES 2018

À l’occasion du mariage de sa sœur, Laura revient avec ses enfants dans son village natal au cœur d’un vignoble espagnol. Mais des évènements inattendus viennent bouleverser son séjour et font ressurgir un passé depuis trop longtemps enfoui.

HORAIRES

mardi : 19h Avant-première + Cérémonie

mercredi : 16h / 18h30 / 20h45
jeudi : 16h / 20h45
vendredi : 16h / 18h30
samedi : 15h / 17h30
dimanche : 18h
mardi : 18h30 / 20h45

mercredi : 14h30
jeudi : 16h / 18h30 / 20h45
vendredi : 16h / 18h30
samedi : 16h30 / 20h45
mardi : 16h / 18h15

mercredi : 18h30 / 20h45
jeudi : 20h45
vendredi : 16h
samedi : 16h30 / 20h45
mardi : 20h45

L'IMMANQUABLE

Double vainqueur de l’Oscar du meilleur film en langue étrangère, le réalisateur iranien Asghar Farhadi compte parmi les grands habitués du Festival de Cannes. En 2013, Bérénice Bejo remportait le Prix d'interprétation féminine grâce à son rôle dans Le Passé et, trois ans plus tard, Le Client recevait le Prix du scénario et le Prix d'interprétation masculine. Pour la seconde fois de sa carrière, Farhadi réalise un film hors d’Iran. Après Le Passé, tourné en France, il pose sa caméra en Espagne et invite pour l’occasion le couple vedette du cinéma ibérique : Penélope Cruz et Javier Bardem. Mariés à la ville, l’actrice fétiche de Pedro Almodovar et le comédien devenu star internationale avec ses rôles de méchants (No country for Old Men, Skyfall…) ont débuté en même temps dans le très sexy Jamon, Jamon de Bigas Luna (1992), ont fait carrière chacun de leur côté puis se sont retrouvés, au sommet de leur art, il y a une dizaine d’années. Dans Everybody knows, Penélope Cruz incarne Laura qui, à l’occasion du mariage de sa sœur, revient avec ses enfants dans son village natal au cœur d’un vignoble espagnol. Des événements imprévus vont changer le cours de leur existence... Comme dans ses derniers films, l'auteur révélé par le phénoménal La Séparation, creuse les thèmes de la famille, du couple et des traditions. Il est fort probable qu’un secret enfoui ressurgisse et vienne bouleverser nos certitudes sur les personnages. C’est en effet la marque de fabrique de Farhadi considéré comme le maître contemporain du « thriller psychologique ». Le mystère étant farouchement entretenu, c’est à peu près tout ce que l’on sait du long métrage qui ouvrira la 71ème édition du Festival de Cannes. Si ce n'est qu'il concourt pour la Palme d'or, fait rarissime pour le film d'ouverture, généralement présenté hors compétition. Rendez-vous donc le mardi 8 mai à 19h à DSN où nous aurons le plaisir de retransmettre en direct la cérémonie d’ouverture présentée par l’excellent Édouard Baer. Puis, après quelques notes du Carnaval des animaux de Camille Saint-Saëns (c’est l'hymne du festival depuis 1990), nous lèverons le voile sur le nouveau mystère d’Asghar Farhadi en découvrant Everybody Knows au même moment que le jury présidé par l'actrice australienne Cate Blanchett..


PRESSE

Le cinéaste confirme par ailleurs qu’il est aussi un formidable directeur d’acteurs, malgré la barrière de la langue. Télérama
C'est du cinéma virtuose, intelligent et… cruel. Le Nouvel Observateur
Ashgar Farhadi creuse son oeuvre de cinéaste du dérèglement intime et du désordre social. Dans le cadre d'un petit village espagnol, il en resserre avec une rigueur implacable le noeud dramatique. Positif
Avec son nouveau film qui sort ce mercredi et fait également l’ouverture du Festival de Cannes ce mardi, l’Iranien Asghar Farhadi continue d’ausculter le poids que le secret et le passé font peser sur les êtres. Une leçon de cinéma. La Voix du Nord
On pourrait se lasser de la routine du système Farhadi, de ses drames psychologiques verrouillés, mais l'exil et son duo de stars impressionnantes, tout comme ses références plus explicites à ses ainés lui permettent de reformuler son art de manière marquante. Everybody Knows fonctionne comme une réaffirmation de son territoire de jeu tout en cherchant à s'ouvrir au plus grand nombre. Tout le monde risque de le savoir. Première
Sans doute parce qu'il ne maîtrise pas le cadre ibérique, Farhadi se contente de livrer un thriller psychologique, là où la pincée morale faisait d'habitude le sel de ses films. Cela dit, dans le genre vu et revu par d'autres, c'est très brillant. Largement au-dessus du panier, même. L'Express